Actualisé 02.04.2020 à 08:22

Salles de cinéma

Et si on repensait la manière de sortir un film?

Les salles sont fermées, mais les exploitants n'ont pas disparu. Laurent Toplitsch, lui, prépare l'avenir.

de
Catherine Magnin
Zinema, Lausanne

Zinema, Lausanne

«Comme les cinémas ne peuvent plus vous accueillir, ils vous prient de les accueillir chez vous!»

Telle est la proposition visible actuellement sur la page d'accueil de nombreux sites internet de salles de cinéma suisses. Suivie du titre du film disponible pour cette opération et du lien pour s'acheter en ligne, pour 10.-, un billet permettant de le visionner sur Vimeo. La moitié du prix du billet va dans la caisse du cinéma, l'autre dans celle du distributeur. Tout le monde est gagnant: le spectateur qui peut visionner une nouveauté à moindre prix, la salle qui compense un peu ses pertes dues à la fermeture, et le distributeur qui peut mettre en avant ses films.

Laurent Toplitsch exploite les Zinema (Lausanne), CDD (Genève), Minimum (Neuchâtel) et le cinéma d'Oron. Il explique: «La VOD est actuellement une béquille pour les festivals (FIFDH, FIFF, Visions du réel...) obligés d'annuler leurs éditions 2020 pour cause de pandémie (...). Il faut remettre en question la sacro-sainte chronologie des médias (sortie DVD, VOD seulement 4 mois après la sortie en salles). À l'avenir tous les films d'auteurs pourraient sortir simultanément en salles et en VOD.»

Il ajoute: «Les entrées des films sortis en VOD par le couple distributeurs-exploitants devraient pouvoir être comptabilisées comme des entrées en salles. Et cela dès aujourd'hui, ne serait-ce que pour aider (ndlr: par le biais des bonifications versées par l'OFC) une branche en grandes difficultés.»

«Midnight Family» et «Le Milieu de l'horizon»

Confinement oblige, Laurent Toplitsch, en collaboration avec le distributeur lausannois Outside the Box, expérimente le concept avec le film documentaire «Midnight Family», disponible depuis le mercredi 25 mars dans toute la Suisse romande, et la ressortie du «Milieu de l'horizon» (Prix du cinéma suisse 2020) ce mercredi 1er avril.

«Ce qui est drôle, remarque l'exploitant, c'est que sans le coronavirus, «Midnight Family» ne serait sorti à peu près que dans mes salles. Alors que maintenant presque toutes les petites salles romandes le «sortent» sur Vimeo. Le potentiel pour le cinéma d'auteurs est donc important.»

Comme il ne se passe rien actuellement, personne ne va te reprocher d'essayer des choses

Pas de craintes que les spectateurs perdent l'habitude d'aller en salles? «Pour certains exploitants, oui, il y a cette crainte», remarque Thierry Spicher, d'Outside the Box. «La transition entre le numérique et l'exploitation en salles est déjà entamée. Alors plutôt que d'avoir peur et de ne rien faire, pourquoi ne pas profiter de cette crise pour mettre en place les futurs modes d'exploitation de cinéma? Avec des sorties différenciées selon le type de films, le type de cinémas, le type de spectateurs, par exemple.»

Laurent Toplitsch complète: «Les salles de cinéma font un travail de proximité (de détail serais-je tenté de dire) indispensable au distributeur (...). Le cinéma connaît ses spectateurs, les fidélise, leur envoie depuis des années le programme chaque lundi sous forme de milliers de mails, de posts sur FB ou Instagram.»

299 salles de Suisse romande

«Proposer au spectateur d'acheter un billet via leur salle, c'est, selon Thierry Spicher, une manière de proposer une offre structurée à un public abreuvé de liens, catalogues, etc». Et c'est ce qui distingue la démarche de celle de plateformes comme Cinefil ou Filmingo.

«Ce d'autant, remarque Thierry Spicher, qu'on est dans un marché où il y a trop de films, que les films restent très peu de temps en salles». L'avenir pourrait lui (leur) donner raison: nul ne sait quand les salles vont rouvrir, si elles rouvriront simultanément dans tous les pays, et surtout, combien de films parmi la masse de ceux qui ont vu leur sortie repoussée viendront gonfler la liste de ceux qui étaient déjà agendés ces prochains mois...

Actuellement 29 salles de Suisse romande participent à l'opération, à Aigle, Aubonne, Bulle, Château d'Oex, La Chaux-de-Fonds, Couvet, Delémont, Genève, Fribourg, Lausanne, Le Locle, Morges, Neuchâtel, Nyon, Oron, Payerne, Porrentruy, Sainte-Croix, Tramelan, Versoy, Vevey, Yverdon.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!