Retrospective people: Et soudain la planète devint orpheline de Michael Jackson
Actualisé

Retrospective peopleEt soudain la planète devint orpheline de Michael Jackson

L'année 2009 a vu s'éteindre brutalement l'étoile de Michael Jackson et apparaître celle de la chanteuse écossaise Susan Boyle, tandis que Roman Polanski était rattrapé par une vieille affaire de moeurs et que Tiger Woods perdait son statut de star irréprochable.

Michael Jackson voulait juste dormir, oublier pendant quelques heures les millions de fans attendant fébrilement son retour sur scène à Londres, le 13 juillet, après dix ans de scandales et de silence.

Mais le 25 juin, son cocktail de médicaments quasi-quotidien, destiné à trouver le sommeil, lui a été fatal. A 14h26, la mort du «roi de la pop» est prononcée au centre médical de l'université de Californie à Los Angeles et crée une onde de choc sur la planète.

Les mois suivants seront à la démesure de l'ex-enfant prodige: un hommage à Los Angeles suivi par des millions de fans dans le monde, un enterrement organisé plus de deux mois après le décès et un film sur le dernier spectacle préparé par l'artiste, qui rafle 250 millions de dollars.

Mais le feuilleton le plus long - et toujours en cours - reste l'enquête sur la mort du chanteur, qualifiée d'homicide par la police. Si la cause est clairement identifiée, un mélange mortel de médicaments, les enquêteurs se demandent encore s'ils doivent poursuivre le médecin de la star, Conrad Murray.

2010 devra aussi compter avec Michael Jackson, la police ayant averti qu'elle ne prendrait aucune décision sur d'éventuelles poursuites avant plusieurs mois.

Alors que l'étoile du «roi de la pop» s'éteignait, une autre se levait en Grande-Bretagne, avec la prestation surprenante, dans une émission de télé-réalité, de l'Ecossaise Susan Boyle.

Ne répondant à aucun des canons habituellement associés aux nouvelles stars - jeunesse et beauté - la travailleuse paroissiale de 48 ans a battu avec «I dreamed a dream» le record du nombre d'albums vendus en une semaine en Grande-Bretagne, avec 410 000 exemplaires.

Elle a aussi réalisé la meilleure sortie de l'année aux Etats-Unis, avec 710 000 exemplaires écoulés en première semaine.

Sagement relookée, des chaussures au brushing, la nouvelle star, qui partage son temps entre Londres et les Etats-Unis, multiplie depuis les interviews, évoquant sa jeunesse difficile et son rêve devenu réalité.

Pour d'autres, l'année a été plus pénible. En septembre, le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, rattrapé par une affaire de moeurs de plus de 30 ans, a été arrêté à la surprise générale en Suisse, alors qu'il venait recevoir un prix pour l'ensemble de sa carrière.

Son arrestation, qui a immédiatement suscité la réprobation du monde de la culture en France - le ministre Frédéric Mitterrand en tête - est vite devenue «l'affaire Polanski», alors que défenseurs et contempteurs du cinéaste s'opposaient publiquement.

Aux Etats-Unis, peu de voix sont venues soutenir le réalisateur du «Pianiste», qui avait fui la Californie en 1978, avant le prononcé de sa sentence pour «relations sexuelles illégales» avec une mineure.

Roman Polanski, qui a passé plus de deux mois derrière les barreaux, est aujourd'hui assigné à résidence dans son chalet suisse de Gstaad, où il attend une éventuelle extradition.

Année pénible également pour le golfeur vedette Tiger Woods. Tous les efforts déployés depuis des années pour se façonner une image irréprochable ont volé en éclat fin novembre à cause d'un simple accident de voiture.

La presse people a fondu sur le golfeur, assurant que l'accident était survenu suite à une dispute avec sa femme au sujet de relations extra-conjugales présumées.

Après avoir admis dans un premier temps des «écarts de conduite», laissant la presse à scandale sur sa faim, le sportif a été obligé de se montrer plus explicite. Il a reconnu son «infidélité» et a décidé de mettre sa carrière en suspens pour une durée indéterminée afin de se consacrer à sa famille. (afp)

Quelques grands disparus en 2009:

- 27 janvier: JOHN UPDIKE, prolifique écrivain américain décédé à l'âge de 76 ans d'un cancer du poumon, a dépeint avec humour l'Amérique des petites villes et des banlieues aux prises avec le sexe, l'amour et la religion.

Il est notamment l'auteur de la célèbre saga des cinq «Rabbit» parue de 1960 à 1990. «Rabbit est riche» (1981) et «Rabbit en paix» (1990) lui ont valu de recevoir le prestigieux prix Pulitzer de littérature, en 1982 et 1991.

- 31 mai: la Britannique MILLVINA DEAN, alias Elizabeth Gladys Dean, décédée à 97 ans, était la dernière survivante du naufrage du Titanic (1912). Alors âgée de neuf semaines, elle avait été mise dans un sac et secourue avec sa mère et son frère.

- 8 juin: OMAR BONGO ONDIMBA, décédé à l'âge de 73 ans en Espagne, a été président du Gabon pendant 41 ans. Symbole de la «Françafrique», il était très critiqué pour ses liens ambigus avec la France et des soupçons de corruption.

Né catholique, Albert-Bernard Bongo se prénommait Omar depuis sa conversion à l'islam en 1973, en marge du rapprochement diplomatique entre le Gabon, jeune Etat pétrolier, et plusieurs pays musulmans producteurs de brut.

- 25 juin: le «roi de la pop» MICHAEL JACKSON, meurt à 50 ans à Los Angeles d'une surdose de médicaments administrés par son médecin, peu avant son retour sur scène prévu à Londres. Personnage controversé pour ses transformations physiques et son mode de vie, l'ex-enfant prodige des «Jackson Five» avait été acquitté en 2005 des faits d'attouchements sexuels présumés sur un garçon de 13 ans.

- 25 juin: FARRAH FAWCETT, actrice américaine icône et sex-symbol des années disco, morte à l'âge de 62 ans après une longue bataille contre le cancer, devait sa célébrité autant à son rôle dans la série «Drôles de dames», où trois jolies femmes enquêtent pour une agence de détectives privés, qu'à sa légendaire coupe de cheveux «à la lionne».

- 30 juin: PINA BAUSCH, chorégraphe et danseuse allemande décédée à 68 ans d'un cancer, est considérée comme l'une des plus grandes chorégraphes contemporaines.

Créatrice féconde, elle a bouleversé le spectacle vivant contemporain et transcendé les frontières entre danse et théâtre.

- 25 août: le sénateur démocrate américain EDWARD «Ted» KENNEDY, décédé d'un cancer à l'âge de 77 ans, était le «lion» de la gauche américaine et le dernier patriarche du clan Kennedy. «Pour sa famille, il était un gardien, pour l'Amérique, le défenseur d'un rêve», a déclaré le président Barack Obama. Néanmoins les scandales de sa vie privée ont beaucoup pesé sur les ambitions politiques du frère du président assassiné.

- 2 octobre: MAREK EDELMAN, décédé à Varsovie à l'âge de 90 ans, était le dernier chef de l'insurrection du ghetto de Varsovie contre les nazis (1943).

Cardiologue, opposant anti-communiste dès les années 70 puis militant du syndicat Solidarité, il avait été élu sénateur sur la liste «Solidarnosc» aux premières élections démocratiques en Pologne, en 1989.

- 30 octobre: CLAUDE LEVI-STRAUSS, décédé un mois avant son 101e anniversaire, a jeté les bases de l'anthropologie moderne. Agrégé de philosophie, révoqué par Vichy en raison de ses origines juives, il avait dû quitter la France en 1941 pour enseigner aux Etats-Unis. «Tristes Tropiques» (1955) est considéré comme un des grands livres du XXe siècle.

- 20 décembre: le Grand ayatollah dissident HOSSEIN-ALI MONTAZERI, décédé à Qom à l'âge de 87 ans, a été le dauphin officiel de l'imam Khomeiny jusqu'à ce que ses dénonciations des excès du régime n'entraînent son éviction en 1989 et son exil forcé dans la ville sainte.

Théologien respecté et l'un des artisans de la constitution de la République islamique, il était devenu une figure emblématique de l'opposition réformiste au sein du régime, dénonçant la répression des manifestations après la réélection contestée du président Ahmadinejab en juin dernier.

- 27 décembre - le poète et militant anti-apartheid sud-africain Dennis Brutus meurt à l'âge de 85 ans pendant son sommeil à son domicile au Cap. La Fondation Nelson Mandela a souligné que la contribution de Brutus à la lutte contre l'apartheid et son combat pour la justice sociale dans le monde «resteront dans les mémoires pendant de longues années».

Ton opinion