Skicross: Et soudain, le silence s'est fait

Actualisé

SkicrossEt soudain, le silence s'est fait

Le grand favori de l'étape de Val Thorens? Jean-Frédéric Chapuis, véritable légende dans la station. L'homme dont l'apparition fait taire la foule, avant de la déchaîner.

par
Tim Guillemin
Val Thorens

La présentation du champion local, Jean-Frédéric Chapuis. Spectaculaire!

«Oui, c'est ouvert, entrez!» La discothèque Le Malaysia est un haut-lieu de la nuit à Val Thorens, mais on s'attendait à la trouver fermée aux alentours de 17h, comme toutes les discothèques du monde à cette heure-là. La porte s'est cependant ouverte, sur présentation d'un simple laisser-passer, et un bruit assourdissant s'est immédiatement fait entendre. Pas celui des basses, mais celui de l'enthousiasme de plus d'une centaine de personnes, réunies en ce lieu pour assister à la remise du dossard des courses de skicross du week-end.

Car oui, ce week-end, Val Thorens sera la capitale mondiale de la discipline. Les athlètes sont venus de Russie, du Canada, des Etats-Unis et même de Nouvelle-Zélande et d'Australie pour participer à la deuxième manche de la Coupe du Monde. Tous les cadors sont là, à commencer par la Canadienne Marielle Thompson, véritable boule d'énergie déjà sacrée championne olympique à 23 ans. Il ne manque quasiment personne, même si l'absence pour cause de blessure de Fanny Smith, l'Aiglonne, est plus que regrettable.

Il ne faut pas imaginer une distribution de dossard comme une cérémonie religieuse, empreinte de trop de solennité. Déjà, le lieu ne s'y prête pas, et l'assemblée non plus. Les fans des athlètes sont là, de nombreux enfants aussi, et chaque apparition d'une skieuse ou d'un skieur est ponctuée d'un rugissement de joie à la hauteur de la popularité de celui qui s'avance. Forcément, les Australiens ont moins de suiveurs que les Français, lesquels font un triomphe à chaque apparition.

Et puis, la discothèque s'est tue. Soudainement. Le silence s'est fait en une fraction de seconde, lorsque le speaker a annoncé l'arrivée sur scène du vainqueur des qualifications et grand favori de la course du week-end. Le présentateur a rappelé son palmarès, ce qu'il n'avait pas besoin de faire, tellement tout le monde dans cette discothèque savait de quoi il en retournait. Champion olympique en 2014 à Sotchi, vainqueur de la Coupe du Monde, vainqueur des Championnats du Monde et, qui plus est, véritable légende locale à Val Thorens, chez lui, voilà qui représente une introduction valable. Alors, quand Jean-Frédéric Chapuis est apparu sur scène, une explosion de joie s'est faite entendre, qui l'a lui-même surpris un petit peu. Ce week-end, sur la piste qui porte son nom (!), il n'aura pas d'autre choix que de viser la victoire. Saura-t-il résister à la pression populaire? Evidemment, il l'a déjà prouvé, mais l'attente est énorme à «Val Tho», à deux petites heures de route de la frontière suisse.

Un succès de l'enfant du pays, d'ailleurs, serait un (petit) peu helvétique, car si «JFC» porte les couleurs de la France, très fièrement d'ailleurs, sa mère est de nationalité suisse. Et vu que les skieurs confédérés ne partent de loin pas favoris ce week-end, la plus belle chance de se réjouir s'appelle donc Jean-Frédéric Chapuis. Affaire à suivre de près!

Ton opinion