Yémen: Etat d'urgence à Sanaa en raison du choléra
Actualisé

YémenEtat d'urgence à Sanaa en raison du choléra

Une épidémie de choléra dans la capitale contrôlée par la rébellion houthie a déjà tué des dizaines de personnes.

Les autorités de Sanaa ont déclaré l'état d'urgence face à la multiplication dans la capitale des cas de choléra et lancé un appel à l'aide internationale.

Les cas de choléra recensés dépassent les «moyennes habituelles» et le système de santé dans la capitale est «incapable de contenir cette catastrophe», a déclaré dans la nuit de dimanche à lundi le «ministère» de la Santé de l'administration mise en place par les rebelles chiites Houthis qui contrôlent la ville.

Ce département a lancé, dans son communiqué publié par l'agence Saba contrôlée par les Houthis, un appel à l'aide auprès d'organismes internationaux pour contenir l'épidémie.

Des autorités dépassées

De son côté, le «ministre» de la Santé des rebelles Hafid ben Salem Mohammed, a assuré que «l'ampleur de la maladie dépasse les capacités» de ses services, dans une déclaration sur la télévision Al-Masira des Houthis.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a constaté dimanche que le choléra s'était répandu au Yémen et fait état de 115 décès en deux semaines dans ce pays en guerre.

«Nous sommes maintenant confrontés à une grave crise de choléra», a déclaré Dominik Stillhart, directeur des opérations du CICR, lors d'une conférence de presse dans la capitale Sanaa, au terme d'une mission au Yémen.

Selon un nouveau bilan du CICR, l'épidémie a fait 184 morts depuis le 27 avril, avec 11'000 autres cas suspects signalés dans le pays.

Favorisée par la guerre civile

La maladie s'est répandue et le bilan s'est rapidement alourdi. Jeudi, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU avait confirmé 58 cas de choléra et fait état de 47 décès et de 2.301 cas suspects dans dix provinces.

Avant l'annonce de l'état d'urgence, Amine Mohammed Jamaan, qui assume les fonctions de maire de Sanaa dans l'administration rebelle, a promis de faciliter le travail des organisations internationales qui viendraient aider à combattre le choléra.

«Les autorités de Sanaa fourniraient toutes les facilités, soutien et coopération à toute opération» des organisations internationales, a-t-il affirmé dans une déclaration citée par l'agence Saba.

Situation catastrophique

Le directeur adjoint de l'hôpital Sabyne de Sanaa, Nabil Najjar, a décrit à l'AFP une situation catastrophique dans son établissement. Entre 150 et 200 malades s'y présentent chaque jour avec des symptômes du choléra et «nombreux sont hospitalisés».

«On a mis quatre patients par lit, installé des lits dans des tentes et sous les arbres du jardin. Mais la pluie et le froid ont compliqué les choses», a-t-il raconté, faisant état d'une pénurie de médicaments et de personnel médical. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion