Massacre à «Charlie Hebdo»: Etats-Unis et Suède victimes d'actes racistes

Actualisé

Massacre à «Charlie Hebdo»Etats-Unis et Suède victimes d'actes racistes

Alors que la France se relève à peine des plus violentes attaques terroristes perpétrées sur son territoire depuis des décennies, certaines communautés à l'étranger en subissent aussi les retombées.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

Une campagne du mouvement baptisé American Freedom Defense Initiative (AFDI) qui accuse l'islam d'encourager l'antisémitisme a donné lieu à une controverse à San Francisco. L'AFDI avait déjà soulevé l'indignation dans deux autres villes américaines.

Les affiches, apparues sur les flancs de 50 bus quelques jours après les attentats de Paris, montrent Adolf Hitler en compagnie d'Hadj Amin al Husseini, grand mufti de Jérusalem pendant la Seconde guerre mondiale. «La haine islamique des juifs, c'est dans le Coran», peut-on y lire.

L'AFDI avait déjà soulevé l'indignation à New York et à Washington avec des campagnes similaires. Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a saisi la justice pour s'y opposer, mais n'a pas l'intention de le faire à San Francisco.

«Nous n'allons pas la pourchasser de ville en ville pour dissiper la haine qu'elle répand», a déclaré un porte-parole, évoquant Pamela Geller, fondatrice du mouvement dont le siège se trouve à Houston.

Adresse directe

«C'est le seul moyen de se passer des médias, de s'adresser directement aux Américains», a fait valoir cette dernière pour justifier la forme de la campagne.

A la compagnie des transports de San Francisco, on assure ne pas cautionner le message. «Cependant, le Premier amendement protège la liberté d'expression, y compris quand c'est jugé offensant», souligne un porte-parole dans un communiqué.

«Refuser l'affichage donnerait certainement lieu à un procès qui contraindrait la ville à l'accepter et nous pensons que les deniers des contribuables doivent être utilisés pour améliorer le trafic et le réseau de transport, pas pour les procès», ajoute-t-il.

Juifs suédois

Le nombre de menaces reçues par la communauté juive suédoise a doublé depuis les attentats commis à Paris et l'assassinat de quatre juifs dans un supermarché casher, a indiqué jeudi l'un de ces représentants. «Les menaces ont au moins doublé en Suède», a affirmé à l'AFP Conseil des communautés juives de Suède, Lena Posner-Körösi.

La sécurité a été augmentée autour des institutions juives, notamment dans la capitale suédoise.

«La Säpo (les services de renseignement) et la police considèrent que nous devons faire l'objet d'une protection renforcée et ils ont l'habitude d'être très scrupuleux quand ils déploient leurs ressources», a souligné Mme Posner-Körösi.

«Ils font preuve d'une très bonne compréhension de notre situation. C'est très important car nos membres sont inquiets», a-t-elle ajouté.

«Nous avons augmenté la surveillance autour d'une dizaine d'objets à Stockholm», a dit à l'AFP un porte-parole de la police Lars Byström, refusant de préciser lesquels.

Selon le Conseil des communautés juives de Suède, il y a quelque 20'000 juifs, la moitié d'entre eux vivent à Stockholm. (ats)

Ton opinion