Etats-Unis: pénurie de sperme européens
Actualisé

Etats-Unis: pénurie de sperme européens

Depuis l'interdiction par la FDA en mai 2005 de l'importation de tout sperme provenant de pays européens exposés à des cas de vache folle, les futurs parents américains ont de plus en plus de mal à trouver un don de sperme venant de blonds aux yeux bleus.

Si quelques banques de sperme avaient jusque-là des réserves congelées suffisantes pour faire face à la demande, les stocks s'épuisent. «Nous en avons encore un peu, mais plus beaucoup», a déclaré Claus Rodgaard, qui dirige International Cryos, une banque de sperme danoise qui a un bureau à New York.

«Nous ne sommes pas là pour inciter les parents à avoir des bébés blonds aux yeux bleus, mais si ce sont les éléments qu'ils cherchent, alors le sperme danois est adapté», a ajouté Claus Rodgaard. «C'est ce que nous avons au Danemark».

Pour les scientifiques, cette interdiction n'est pas justifiée. «Au Royaume-Uni, le consensus est de dire qu'il s'agit d'une mesure stupide», a déclaré le Dr Allan Pacey, andrologue, expert auprès de l'Université de Sheffield et secrétaire de la société britannique de stérilité. «Il n'existe aucune preuve d'une éventuelle transmission de la maladie de la vache folle par le sperme».

La forme humaine de la maladie de la vache folle, la maladie de Creutzfeldt-Jakob, est transmise, dans la plupart des cas, par la consommation de viande infectée. La maladie a pu aussi été transmise par du matériel chirurgical ou lors de la geffe de tissu cérébral, mais très rarement. Pour l'heure, aucune observation n'évoque de transmission par le sperme d'un donneur.

Allan Pacey a déclaré que les médecins concernés avaient toujours la possibilité de surveiller les donneurs potentiels pour voir dans quelle mesure ils seraient à haut risque de maladie de la vache folle. Mais selon lui, une interdiction générale est inutile.

D'autres experts ont admis que la transmission par le sperme était négligeable. «Je serais plus inquiet concernant les maladies génétiques», a déclaré le Dr Gianpero Palermo, professeur associé au centre de médecine reproductive de l'Université Cornell.

Pour les médecins, les maladies telles que le HIV/Sida, l'hépatite, ou les infections bactériennes, notamment le chlamydia, présenteraient plus de risques d'être transmises par du sperme de donneurs.

La Food and Drug Administration (FDA), agence sanitaire américaine, a précisé Claus Rodgaard, a été priée de reconsidérer sa décision, mais n'a pas, pour l'heure, montré de signe allant dans ce sens. «C'est une décision prise totalement au hasard», a-t-il déclaré, faisant allusion au Canada, un pays touché par la vache folle, mais toujours autorisé à fournir tous les produits du corps humain, et notamment le sperme.

A l'heure actuelle, la meilleure solution pour les parents américains désirant un enfant européen est d'aller directement en Europe. «Nous n'avons pas pu importer de sperme provenant de Scandinavie», a ajouté Claus Rodgaard.

Pour Palermo, la décision n'a pas encore eu de répercussion importante sur ses patients. «Il n'y a absolument aucune différence entre du sperme américain et du sperme européen», a-t-il expliqué. «Si vous êtes à la recherche d'un certain type de donneur, on peut trouver toutes les qualités génétiques nécessaires aux Etats-Unis». (ap)

Ton opinion