«Un monstre à Paris»: Etincelles dans une oeuvre inégale
Actualisé

«Un monstre à Paris»Etincelles dans une oeuvre inégale

Vanessa Paradis et Matthieu Chédid tiennent les rôles principaux d'un... dessin animé!

par
ffe

La rencontre fantastique entre une chanteuse et une horrible créature à la voix d'or

Chanteuse dans un cabaret de Paris en 1910, Lucille recueille une monstrueuse créature qui terrorise la ville mais qui a un cœur et une voix en or. Ensemble, ils enchantent le public parisien. Mais le méchant préfet Maynott, en pleine campagne électorale, promet d'éliminer le monstre...

Sublime quand Vanessa Paradis et Matthieu Chedid, qui prêtent leur voix au duo principal, poussent la chansonnette, «Un monstre à Paris» laisse pourtant un sentiment mitigé. La faute à un graphisme trop mécanique, des dialogues hystériques et aux éclats de magie trop clairsemés. Le charme opère, mais par intermittence.

Trois questions à «Bibo» Bergeron

– Pourquoi «Un monstre à Paris» vous tient-il tant à cœur?

– C’est mon premier projet 100% personnel. Je ne renie pas «Gang de requins», mais je n’avais pas la même liberté créatrice que sur ce film, qui contient tout ce que j’aime….

– Et qu’aimez-vous?

– La poésie, la fantaisie, l’humour un peu décalé et un Paris fantasmé dans lequel j’espère que Français et étrangers pourront se projeter. J’espère que la musique de M va les envoûter.

– Le film a-t-il été difficile à monter?

– Extrêmement! L’animation fait peur. Les financiers craignent de mettre trop longtemps trop d’argent sur la table.

–Propos recueillis par caroline vié

«Un monstre à Paris»

De Eric «Bibo» Bergeron.

Sortie le 12 octobre 2011.

**

Ton opinion