Etudes d'avocat tessinoises trop avares
Actualisé

Etudes d'avocat tessinoises trop avares

Des employés de commerce engagés dans des études d'avocat au Tessin gagnent moins que le salaire minimum établi par la CCT.

Il n'est pas acceptable que des employés de commerce engagés dans des études d'avocat au Tessin gagnent moins que le salaire minimum établi par la CCT. Vu le nombre de cas d'infractions constatées, le gouvernement a estimé qu'il fallait agir. A juste titre, selon le Tribunal fédéral qui rejette les plaintes de la Fédération tessinoise des avocats.

Des contrôles ont montré, qu'environ 12% des employés de commerce engagés dans des études d'avocats touchaient moins que le salaire minimum en vigueur dans la convention collective de travail (CCT) tessinoise pour cette branche.

Ce chiffre concerne les employés qui ont été engagés au cours des deux dernières années ou pour lesquels un changement de contrat a été conclu. Des infractions concernant les conditions salariales ont été constatées pour 36 des 306 employés de commerce qui travaillent dans 33 études d'avocat tessinoises.

Le salaire appliqué par la CCT s'élève à 3250 la première année, pour ceux qui ont terminé la formation. Ce seuil a été pris comme référence lors des contrôles.

«Des connaissances spécifiques»

La Fédération tessinoise des avocats, ainsi qu'un de ses membres, avaient déposé plainte en avril dernier contre le contrat-type de travail imposé par l'exécutif.

Les tâches d'un employé de commerce ne sont pas comparables à celles d'autres branches, critiquent la fédération et l'avocat. Etant donné les connaissances spécifiques nécessaires, ils ne sont pas autonomes au début. Les avocats doivent les former, ce qui justifie selon eux un salaire de départ plus bas.

Dans d'autres secteurs, les employés de commerce doivent également être dotés de compétences particulières, mais ils ne gagnent pas moins pour autant, a fait valoir le Tribunal fédéral. Et de citer les bureaux d'architecture ou les cabinets de médecins. (ats)

Ton opinion