Actualisé 05.12.2007 à 17:39

Etudiante brûlée dans un bus en France: un accusés passe aux aveux

L'un des six jeunes accusés de l'incendie criminel d'un bus à Marseille, dans lequel une jeune Franco-sénégalaise avait été brûlée en 2006, s'est désigné comme le principal coupable.

L'instruction n'avait pas permis de définir avec certitude le rôle de chacun des accusés.

Cet aveu est intervenu au troisième jour de ce procès à huis clos alors que les six accusés, tous mineurs au moment des faits, refusaient jusqu'à présent de dire qui avait allumé le feu en jetant un mouchoir enflammé dans le bus.

Selon son avocat, le jeune homme a craqué devant l'insistance de sa mère qui, à la barre, lui a demandé de dire la vérité. «C'était un moment de grande vérité et d'humanité», a-t-il dit. «On connait maintenant le rôle de chacun». «Pour la défense, la vérité est toujours un triomphe. Pour autant, on reste toujours dans un phénomène de groupe», a-t-il ajouté.

L'accusé s'est également excusé. Il a fait part de sa «honte», tout en assurant qu'il croyait le bus vide. «Je ne voulais pas, je suis désolé», a-t-il déclaré, selon d'autres avocats de la défense.

Mama Galledou, une Franco-sénégalaise de 27 ans, avait été brûlée aux 2e et 3e degrés sur 62% du corps dans l'incendie d'un bus de la ligne 32 à Marseille dans la soirée du 28 octobre 2006. Depuis le début du procès, elle réclame «la vérité».

Prémédité

Pour les enquêteurs, l'acte a été prémédité. Les jeunes gens, affirment-ils, voulaient faire parler de leur cité, à un moment où les médias faisaient leurs unes sur l'anniversaire des émeutes en banlieue parisienne, un an plus tôt.

Les six accusés risquent théoriquement jusqu'à 30 ans de prison- 15 ans si l'excuse de minorité au moment des faits est retenue. Le verdict est attendu vendredi. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!