Genève: Etudiantes victimes de harcèlement dans les hôpitaux
Publié

GenèveEtudiantes victimes de harcèlement dans les hôpitaux

Des universitaires ont fréquemment été victimes ou témoins de sexisme et de harcèlement lors de stages dans plusieurs centres médicaux romands, selon une enquête menée par deux étudiantes genevoises. Les HUG et l’Unige ont pris des mesures.

par
dra
Getty Images/iStockphoto

À une stagiaire qui demandait si elle pouvait revêtir une tenue chirurgicale pour assister à une opération, son chef a répondu: «Non, mais vous pouvez vous déshabiller.» Ce témoignage est l’un de ceux cités dans une enquête menée auprès de leurs pairs par deux étudiantes en médecine humaine de l’Université de Genève.

Dévoilé ce lundi, leur rapport met en lumière les cas «fréquents» de sexisme et de harcèlement dont ont été victimes ou témoins des universitaires en stage dans plusieurs hôpitaux romands, dont les HUG, mais aussi lors de cours à la Faculté. Les femmes constituent la grande majorité des victimes, mais les hommes ne sont pas épargnés, ont indiqué les chercheuses, Camille Bleeker et Lara Chavaz: «Il est grand temps de mettre fin à cette culture sexiste qui gangrène notre profession».

Ces cas «permettent de mesurer l’étendue du problème (…). Nous ne ferons preuve d’aucune tolérance en la matière», ont affirmé l'Université de Genève et les HUG, qui ont soutenu l’enquête. Les deux autrices ont utilisé les témoignages contenus dans leur rapport pour une campagne d’affichage et de sensibilisation destinée dès ce mardi au personnel de l’Unige et de l’hôpital cantonal.

Ces institutions ont appelé les médecins-cadres des services hospitaliers à la vigilance face «des comportements inacceptables qui seront sanctionnés». En parallèle, l’association des étudiant-es en médecine de Genève a mis en place une hotline, gérée par et pour les étudiants de la Faculté de médecine de l’Unige. Pareil dispositif existe déjà dans les universités de Lausanne et Fribourg.

Ton opinion