Actualisé 26.04.2016 à 10:18

MexiqueEtudiants disparus: le chef d'un cartel arrêté

Les forces fédérales mexicaines ont arrêté le chef des Guerreros Unidos pour ses liens possibles avec la disparition mystérieuse de 43 étudiants.

1 / 36
La police scientifique mexicaine sur les lieux où les étudiants ont été vus pour la dernière fois. Les autorités confirment que les trois étudiants ont été tués, leurs corps dissous dans de l'acide.   (Mardi 23 avril 2018)

La police scientifique mexicaine sur les lieux où les étudiants ont été vus pour la dernière fois. Les autorités confirment que les trois étudiants ont été tués, leurs corps dissous dans de l'acide. (Mardi 23 avril 2018)

Keystone
Les amis et les parents des trois étudiants tués manifestent leur tristesse et leur colère lors d'un rassemblement à Guadalajara devant la résidence du gouverneur de l'Etat. (Mardi 23 avril 2018)

Les amis et les parents des trois étudiants tués manifestent leur tristesse et leur colère lors d'un rassemblement à Guadalajara devant la résidence du gouverneur de l'Etat. (Mardi 23 avril 2018)

AFP
AFP

Nicolas Najera Salgado est soupçonné d'avoir des liens avec la disparition mystérieuse en 2014 des étudiants.

«Selon l'enquête, Nicolas Najera Salgado serait lié à la production et au trafic de drogue vers les Etats-Unis» et aussi «lié aux événements du 26 au 27 septembre 2014», a précisé le ministère mexicain de l'Intérieur dans un communiqué.

Dans la nuit de 26 au 27 septembre 2014, les étudiants de l'école d'Ayotzinapa qui s'étaient emparés illégalement de cinq autobus pour participer à des manifestations avaient été attaqués par des policiers municipaux de la ville d'Iguala qui les auraient livrés à des membres du cartel de drogue des Guerreros Unidos.

Ces derniers les auraient tués puis incinérés dans une décharge à Cocula, avant de disperser leurs restes dans une rivière, selon la version officielle.

Mais des experts indépendants rejettent ces conclusions, affirmant qu'il n'y avait pas de preuves d'une incinération d'une telle ampleur dans ce lieu.

«Crime organisé»

Ces enquêteurs de la commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH) ont aussi accusé dimanche le gouvernement mexicain d'avoir entravé l'enquête sur la disparition de ces 43 étudiants et dénoncé des tortures de suspects dans leur rapport final.

Nicolas Najera Salgado a été arrêté pour «crime organisé» près de la ville de Huitzilac dans l'Etat de Morelos, voisin de Guerrero, où ont disparu les étudiants, ont indiqué les autorités mexicaines.

Lors de son arrestation, le chef depuis 2014 du cartel des Guerreros Unidos avait en sa possession deux chargeurs de calibre 9 mm, a précisé lors d'une conférence de presse Enrique Galindo Ceballos, commissaire général de la police fédérale.

Les autorités mexicaines ont affirmé que le maire d'Iguala, depuis incarcéré, avait demandé à la police municipale d'affronter les étudiants de peur qu'ils ne viennent perturber un meeting politique tenu par sa femme. Elles ont également avancé l'hypothèse que le cartel des Guerreros Unidos ait pu confondre les étudiants avec les membres d'un gang rival.

Mais les experts ont rejeté ces hypothèses. Selon la commission indépendante, qui n'a pu élucider cette affaire, les étudiants auraient pu être attaqués après avoir détourné par inadvertance un véhicule servant à transporter de l'héroïne. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!