Bulle (FR): Etudiants fêtards exilés en zone commerciale

Actualisé

Bulle (FR)Etudiants fêtards exilés en zone commerciale

L'Ecole hôtelière de Glion construit de nouveaux logements dans un «no man's land». Ses élèves y feront la fête en toute tranquillité.

par
Côme Gallet

Les Bullois en avaient marre, Glion a trouvé la solution. Plusieurs journaux ont déjà relaté le ras-le-bol de certains habitants, fatigués de vivre un «spring break» permanent dans les immeubles peuplés d'étudiants de l'Ecole hôtelière.­ Mais avec le complexe en construction derrière le centre commercial de Gruyère,­ une solution semble s'esquisser.

«Les bâtiments doivent pouvoir héberger 250 élèves, mais si l'option pour en édifier un troisième voire un quatrième est levée, la capacité d'accueil pourrait être portée à 500 personnes», explique Patrick Spicher, de Grisoni-Zaugg, société qui dirige le projet. Les travaux s'achèveront fin juillet, afin que les premiers élèves emménagent avant la rentrée du 7 août prochain.

Coincés entre le cycle d'orientation, une Migros, un magasin Jumbo et l'entreprise Glasson Matériaux, les étudiants fêtards devront y aller fort pour perturber le voisinage. «Ils auront tout le loisir de festoyer soir et week-end sans déranger», confirme Patrick Spicher en souriant.

Du côté de Glion, la réponse est moins claire. La chargée de communication reconnaît que «différentes raisons expliquent le choix de ce lieu. Et la tranquillité des habitants de Bulle en fait sûrement partie.» Le directeur général avance, lui, la proximité avec le campus de l'école. Et rappelle que le projet a démarré en 2007, bien avant la parution d'articles relatant un certain mécontentement des Bullois. «Comme c'est une petite ville, à la différence de Genève ou Lausanne, mes élèves sont vite identifiés, mais ils sont comme tous les autres étudiants.»

Ton opinion