Euro 2008: la Confédération ne doit pas payer plus
Actualisé

Euro 2008: la Confédération ne doit pas payer plus

Les sites hôtes de l'Euro 2008 devraient débourser eux-mêmes les 10,5 millions de francs qu'ils sont censés assumer pour la sécurité.

Contrairement au National, la commission compétente du Conseil des Etats refuse que la Confédération prenne cette somme à sa charge.

Par 8 voix contre 3, la commission de la science, de l'éducation et de la culture propose au plénum d'en rester à la facture totale de 72 millions présentée par le Conseil fédéral, a indiqué sa présidente Anita Fetz (PS/BS) devant la presse. La majorité estime que les villes qui accueilleront le championnat d'Europe de football ont déjà assez d'atouts et de compensations.

Genève, Berne, Bâle et Zurich disposent d'une chance pour leur image, a déclaré Christiane Langenberger (PRD/VD), estimant que les 10,5 millions qu'elles devraient se partager n'est pas une somme énorme. Ceci d'autant plus que beaucoup de charges sont assumées par la Confédération via d'autres crédits. Ces sites peuvent en outre compter sur le soutien des villes voisines.

Pas du tout convaincue par ces arguments, Anita Fetz, seule représentante d'un des cantons concernés au sein de la commission, défendra devant le plénum la prise en charge des 10,5 millions par la Confédération. Les villes hôtes dépenseront plus qu'elles ne toucheront en retombées économiques, d'après la Bâloise.

Menaces référendaires

Et d'évoquer les risques liés aux référendums annoncé à Genève et en discussion à Berne et Bâle. Que se passera-t-il si la population de certaines villes refuse de prendre en charge les coûts prévus?, s'est-elle interrogée. L'UEFA s'est cloisonnée dans un silence diplomatique, selon Mme Fetz.

Le conseiller fédéral Samuel Schmid a quant à lui assuré qu'il serait possible de répartir les matches sur trois sites au lieu de quatre. Et bon nombre de villes étrangères sont prêtes à reprendre le flambeau, a avancé Christiane Langenberger. La Vaudoise a précisé que les menaces référendaires ont suscité la mauvaise humeur au sein de la commission.

Compensations

Toujours dans le volet sécuritaire, la commission a décidé de retoucher la facture. Elle propose que la moitié des 25,2 millions prévus soit compensée au sein des trois départements fédéraux concernés (DDPS, DFF, DFJP). La solution initiale ne prévoyait qu'une compensation de 10 millions au sein du seul département de la défense (DDPS).

Les autres crédits n'ont pas été modifiés. Quelque 10,8 millions sont destinés à l'aménagement des stades de Zurich et Genève, 10 millions à la promotion économique et touristique. Dix millions vont à la constitution d'une réserve pour «événement extraordinaire dans le domaine de la sécurité». Sept millions sont prévus pour la coordination, 5 millions pour divers projets et 4 millions pour le financement d'un billet combinant match et transports publics.

Traite des femmes

Comme le National, la commission a refusé de préciser que des mesures devraient être prises contre la traite des femmes. Elle attend toutefois du Conseil fédéral et des responsables d'Euro 08 qu'ils lui présentent un projet détaillé sur ce sujet. Ce thème devrait être discuté lors d'une prochaine séance en mai.

La commission devrait également mener un débat général sur la manière d'organiser des manifestations telles que l'Euro 08. Elle s'est déjà penchée sur les bénéfices que tire l'UEFA, surtout via les droits de rediffusion télévisée. L'organisation a pu montrer à la commission qu'elle ne garde pas tout mais investit passablement, notamment pour les jeunes ou les femmes, selon Mme Langenberger. (ats)

Ton opinion