Vaud - Euthanasie: effet suspensif accordé au chiot Jack
Publié

VaudEuthanasie: effet suspensif accordé au chiot Jack

Un avocat a saisi le Canton mardi matin pour demander l’effet suspensif de la décision de tuer l’animal importé illégalement de Tunisie. Il a obtenu gain de cause cet après-midi.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Jack, un husky né en janvier dans un élevage tunisien, a été importé illégalement en Suisse. Le vétérinaire cantonal veut le faire euthanasier pour éviter tout risque de propagation de la rage.

Jack, un husky né en janvier dans un élevage tunisien, a été importé illégalement en Suisse. Le vétérinaire cantonal veut le faire euthanasier pour éviter tout risque de propagation de la rage.

DR

Placé sur ordre du vétérinaire cantonal dans une fourrière située sur les hauts de Lausanne, Jack, un husky de quatre mois importé illégalement de Tunisie, semble condamné à une mort imminente. Dans une note datant de lundi, Giovanni Peduto a confirmé la décision que redoutaient tous les amoureux des chiens. «Jack sera euthanasié à la fin de la période d'observation, à savoir le mercredi 5 mai. Il est à noter que dans le cas d'espèce, l'euthanasie est la seule mesure envisageable et elle correspond parfaitement à la législation en vigueur», a réitéré le vétérinaire cantonal.

«Si le chien a été vacciné, il doit avoir développé des anticorps. Ce qui peut être démontré par une simple prise de sang et une analyse sanguine. C’est moins incisif que de tuer le chien.»

Me Youri Widmer, avocat du propriétaire de Jack

«L'importation illégale d'un chien d'un pays à risque de rage, tel que la Tunisie, ne peut malheureusement pas être traitée de manière moins incisive, compte tenu des enjeux.»

Giovanni Peduto, vétérinaire cantonal vaudois

Mardi matin, une lueur d’espoir a jailli dans le destin, qui s’annonçait jusque-là sombre et tragique, du chiot de quatre mois. Mandaté par le propriétaire du husky, un avocat basé à Lutry (VD) a aussitôt déposé un recours pour demander l’effet suspensif à titre de «mesure d’extrême urgence». Dans son argumentation, Me Youri Widmer a notamment relevé que l’animal disposait d’un certificat sanitaire international pour le transit des animaux de compagnie établi par un vétérinaire sanitaire tunisien. En outre, le livret médical vétérinaire de Jack mentionne que le chiot a été vacciné contre la rage.

Dans un courrier recommandé et courriel signés par le conseiller d’Etat Philippe Leuba, le Canton est entré en matière: l’effet suspensif a été restitué. Jack continue a être placé en observation. En quelques heures, son sort a beaucoup vacillé. Le husky est passé d’une mort imminente au sursis. Un sursis dont la durée est, à ce stade, indéterminée. «C’est déjà une belle étape qui a été gagnée», a salué le propriétaire du chiot.

Ton opinion

288 commentaires