Actualisé 07.08.2015 à 11:11

Toulouse (F)

Eva tuée pour une dette de 6000 euros à un dealer

Trois hommes et une femme vont être déférés au parquet vendredi après-midi après le meurtre d'une étudiante, Eva B., dans une affaire qui serait liée à un trafic de drogue, a déclaré le procureur de Toulouse.

Eva était étudiante en histoire de l'art et en archéologie. (photo: Twitter)

Eva était étudiante en histoire de l'art et en archéologie. (photo: Twitter)

Le procureur de Toulouse Pierre-Yves Couilleau a indiqué à la presse s'orienter vers l'ouverture d'une information judiciaire pour homicide volontaire avec préméditation, complicité dans l'assassinat, vol avec violence et trafic de stupéfiants. Il envisage de requérir trois mandats de dépôt pour les trois hommes qui seront déférés. Selon les déclarations des suspects, deux d'entre eux, âgés de 19 et 22 ans, se seraient rendus au domicile de la victime dans la nuit du 26 au 27 juillet et y auraient fumé notamment du speed et de l'atropine, a indiqué lors d'un point-presse le procureur, qui insiste sur le caractère «fluctuant» des déclarations.

Ces deux hommes se seraient livrés, tout comme la victime, à un trafic de drogue pour le compte du suspect le plus âgé, qualifié de «tête de réseau». Ils «auraient évoqué avec cette victime une dette de 6000 euros qu'elle aurait contractée à occasion de son trafic», a déclaré le procureur. «La désinvolture de la victime par rapport à cette dette, alors même que la tête de réseau est décrite comme quelqu'un de dangereux, d'armé, les auraient déterminé à faire preuve sur elle d'un véritable déchaînement, déferlement de violence, marqué par l'usage d'un poing américain et d'un pied de biche», a-t-il ajouté.

Eva B. est morte d'une fracture du crâne et son corps montrait d'autres fractures au nez. Selon un suspect, «le but de la visite à la victime était de la supprimer et de lui dérober des objets», a indiqué M. Couilleau, ce qui suppose une préméditation. Le corps de l'étudiante a été découvert lundi soir dans un appartement du centre historique, près de la basilique Saint-Sernin, après que sa famille et des amis se furent inquiétés de n'avoir plus reçu de signe de vie d'elle depuis une dizaine de jours.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!