Afghanistan - Evacuation en urgence des étrangers et d’Afghans menacés
Publié

AfghanistanEvacuation en urgence des étrangers et d’Afghans menacés

Face à la situation à Kaboul tombée aux mains des talibans, les pays occidentaux évacuent leurs diplomates et personnels menacés. Seule la Russie a décidé de rester.

L’armée américaine a «sécurisé» lundi l’aéroport de Kaboul, où a été regroupé le personnel de son ambassade dans l’attente d’être évacué. D’autres pays rapatrient leurs diplomates, dont la Suisse. 

L’armée américaine a «sécurisé» lundi l’aéroport de Kaboul, où a été regroupé le personnel de son ambassade dans l’attente d’être évacué. D’autres pays rapatrient leurs diplomates, dont la Suisse.

AFP

L’évacuation de diplomates, d’étrangers et de personnels afghans ayant travaillé pour eux s’organisait lundi, en urgence, dans des conditions très difficiles à Kaboul, tombée aux mains des talibans. Les citoyens afghans et étrangers voulant fuir l’Afghanistan «doivent être autorisés à le faire», ont plaidé les Etats-Unis et 65 autres pays dans un communiqué commun, avertissant les talibans qu’ils devaient faire preuve de «responsabilité» en la matière.

L’Union européenne, qui doit se réunir mardi à ce sujet, avait auparavant souligné que l’arrivée des talibans à Kaboul, avait «rendu encore plus urgente la protection» contre de possibles représailles à l’égard de son personnel afghan, qu’elle essaye de mettre en sécurité.

L’armée américaine a «sécurisé» lundi l’aéroport de Kaboul, où a été regroupé le personnel de son ambassade dans l’attente d’être évacué, a annoncé le département d’Etat. Mais les vols commerciaux ont été annulés et les troupes américaines ont tiré en l’air pour contrôler la foule d’Afghans qui ont envahi le tarmac dans l’espoir de prendre un vol, dans un climat de chaos total.

Les Américains ont envoyé 6000 militaires pour évacuer quelque 30’000 diplomates américains et civils afghans ayant coopéré avec les États-Unis. De nombreux autres pays, dont l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, l’Espagne, ont aussi transféré des membres de leur personnel diplomatique à l’aéroport, avant une évacuation.

Pont aérien allemand

L’Allemagne veut déployer des soldats en Afghanistan pour évacuer leurs derniers ressortissants ainsi que des Afghans menacés dans le pays, selon des sources parlementaires, lundi. Selon le projet de Berlin, un pont aérien doit être mis en place pour permettre l’évacuation de 2000 Afghans ayant travaillé pour les Allemands, «des femmes particulièrement menacées, des défenseurs des droits de l’homme et d’autres employés d’ONG», selon les mêmes sources.

Une partie du personnel de l’ambassade d’Allemagne à Kaboul devait être évacuée vers Doha avec des avions américains. Une équipe d’environ 80 personnes devrait rester dans la capitale afghane, pour organiser l’évacuation des autres Allemands.

Madrid a annoncé l’envoi, lundi, de deux avions militaires à Dubaï, pour «la première phase» d’évacuation de son personnel diplomatique, du personnel afghan et de leur famille. La ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde a indiqué que l’ensemble du personnel suédois déployé dans le pays (19 personnes au total) a été évacué la nuit dernière vers une base militaire américaine à Doha. La Finlande doit évacuer son personnel diplomatique lundi. A Prague, c’est un avion militaire transportant 46 Tchèques et Afghans, dont des femmes et des enfants, qui a atterri lundi matin.

Paris a pour sa part déployé des renforts militaires aux Emirats arabes unis pour faciliter l’évacuation des ressortissants français de Kaboul. La première rotation d’évacuation organisée par l’armée française entre sa base aux Emirats et la capitale afghane est prévue d’ici «la fin de ce lundi», a déclaré la ministre des Armées Florence Parly, précisant qu’il y avait «plusieurs dizaines» de Français à évacuer, ainsi que des «personnes qui sont sous notre protection». Parmi les Français à évacuer figurent notamment le personnel diplomatique, a déclaré la ministre.

«Conditions très difficiles»

La France a par ailleurs réitéré sa volonté de «continuer de mettre en protection les personnalités de la société civile afghane, les défenseurs des droits, les artistes et les journalistes particulièrement menacés pour leur engagement».

Le Royaume-Uni a déployé 600 soldats pour assurer l’évacuation de ses ressortissants et de son personnel local. Un premier vol est arrivé pendant la nuit sur la base de Brize Norton, dans le centre de l’Angleterre. «Nous avons évacué 370 employés et citoyens britanniques hier et avant-hier», a indiqué le ministre de la Défense Ben Wallace, ajoutant qu’un groupe de 782 Afghans sera évacué du pays «dans les prochaines 24 à 36 heures». «Notre objectif est d’atteindre 1.200 à 1.500» personnes évacuées par jour, a-t-il affirmé.

L’Irlande est par ailleurs en contact avec 23 de ses ressortissants, dont 15 «pensent à partir», selon le ministre des Affaires étrangères Simon Coveney. Des visas ont été émis pour 45 Afghans ayant travaillé pour eux, d’autres suivront, a-t-il dit. Le Canada a annoncé dimanche soir la fermeture provisoire de son ambassade, précisant que le personnel canadien était déjà sur le chemin du retour.

L’évacuation de ressortissants danois et norvégiens était aussi en cours. «Je peux vous informer que dimanche soir, dans des conditions très difficiles, la Défense danoise a réussi à évacuer un groupe de Danois et de Norvégiens d’Afghanistan», a indiqué la ministre des Forces armées danoises Trine Bramsen. Selon Mme Bramsen, un «grand groupe» reste encore à évacuer.

«Les Russes restent»

Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a indiqué lundi que son gouvernement avait émis 45 visas humanitaires pour des Afghans ayant travaillé pour la Pologne ou une délégation européenne à Kaboul, et leur famille.

Trois expatriés suisses qui travaillaient pour le bureau de la DDC ont été évacués de Kaboul et des efforts sont en cours pour faire sortir du pays une quarantaine de leurs collègues afghans et leurs familles, a indiqué lundi le chef des Affaires étrangères Ignazio Cassis.

Pour sa part, la Russie ne prévoyait pas d’évacuer son ambassade. «Aucune évacuation n’est prévue», a affirmé dimanche Zamir Kaboulov, émissaire du Kremlin pour l’Afghanistan, cité par l’agence de presse Interfax. La Russie fait partie des pays ayant reçu des garanties de la part des talibans quant à la sécurité de leurs ambassades, a expliqué M. Kaboulov.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires