11.09.2020 à 00:54

Ouest américainÉvacuations massives face aux incendies meurtriers

Des dizaines de milliers d’Américains ont fui les flammes en Californie, dans l’Oregon et dans l’État de Washington où au moins une dizaine de personnes ont péri dans des incendies sans précédent.

Un demi-million de personnes a été évacué jeudi dans l’Etat de l’Oregon alors que les pompiers luttaient contre des incendies d’une ampleur sans précédent sur toute la côte ouest des Etats-Unis, les autorités locales craignant que les pertes humaines n’augmentent dans les prochains jours.

La mort d’au moins dix personnes a été confirmée au cours des dernières 24 heures en Californie, dans l’Oregon et à Washington, mais les responsables affirment que certaines zones sont encore impossibles à atteindre.

La police a annoncé jeudi soir le décès de sept personnes supplémentaires dans les incendies de forêts dévastant le comté de Butte, dans le nord de la Californie (Etats-Unis), portant à 10 le nombre de tués dans la région.

«C’est avec une grande tristesse que nous devons annoncer la mort de sept personnes de plus», a déclaré le capitaine Derek Bell, des services du shérif du comté, lors d’une conférence de presse. «Cela porte à 10 le nombre de vies perdues dans ce tragique incendie».

«Environ 500’000 habitants de l’Oregon ont été évacués et ce chiffre continue de croître», selon un communiqué des autorités de l’Etat. Elles ont précisé que les pompiers luttaient contre des feux de forêt qui s’étendent sur 365’000 hectares à travers l’Oregon, «un record».

Dans le nord-ouest de la Californie, l’incendie baptisé «August Complex Fire», assemblage de 37 feux qui ont touché la forêt de Mendocino à partir du 17 août, est officiellement devenu jeudi le plus étendu de l’histoire dans cet Etat, avec plus de 190’000 hectares.

Les pompiers sécurisent un périmètre à Mill City, dans l’Oregon, le 10 septembre 2020.

Les pompiers sécurisent un périmètre à Mill City, dans l’Oregon, le 10 septembre 2020.

AFP

Les feux sont disséminés de l’Etat de Washington au nord, frontalier du Canada, jusqu’à San Diego, à la frontière mexicaine, alimentés par une sécheresse chronique et des vents violents qui faiblissaient toutefois jeudi.

Dans l’Oregon, où au moins cinq villes ont été «significativement détruites» et quelque 40’000 personnes évacuées, la gouverneure Kate Brown a souligné qu’en l’espace de seulement trois jours, les flammes avaient consumé le double de la végétation qui brûle en moyenne en une année.

«Nous n’avons jamais vu des incendies hors de contrôle d’une telle ampleur dans notre Etat», a-t-elle lancé lors d’une conférence de presse, sans pouvoir donner un bilan actualisé des victimes.

1 / 64
La surface brûlée par l’incendie baptisé «Glass Fire», qui s’est déclaré dimanche au cœur d’une des plus prestigieuses zones viticoles des États-Unis, a triplé en l’espace de 24 heures pour atteindre 17’000 hectares mardi matin. (Mardi 29 septembre 2020)

La surface brûlée par l’incendie baptisé «Glass Fire», qui s’est déclaré dimanche au cœur d’une des plus prestigieuses zones viticoles des États-Unis, a triplé en l’espace de 24 heures pour atteindre 17’000 hectares mardi matin. (Mardi 29 septembre 2020)

AFP
Plus au nord que le comté de Napa, dans une zone boisée et escarpée du comté de Shasta, le «Zogg Fire», qui s’est lui aussi déclaré dimanche, a fait trois morts et continuait à se propager lundi soir. (Mardi 29 septembre 2020)

Plus au nord que le comté de Napa, dans une zone boisée et escarpée du comté de Shasta, le «Zogg Fire», qui s’est lui aussi déclaré dimanche, a fait trois morts et continuait à se propager lundi soir. (Mardi 29 septembre 2020)

AFP
Certains domaines viticoles du comté de Napa sont partis en fumée, comme le Chateau Boswell dans la ville de St. Helena. Le domaine de Newton Vineyard, qui appartient au groupe LVMH, a lui aussi été touché. (Mardi 29 septembre 2020)

Certains domaines viticoles du comté de Napa sont partis en fumée, comme le Chateau Boswell dans la ville de St. Helena. Le domaine de Newton Vineyard, qui appartient au groupe LVMH, a lui aussi été touché. (Mardi 29 septembre 2020)

AFP

A Molalla, l’une des nombreuses villes au sud de Portland menacées par les incendies, des policiers ont fait jeudi du porte-à-porte pour inciter tous les habitants à quitter les lieux, conformément aux instructions.

«C’est très dur. C’est une chose de laisser votre maison, c’en est une autre de s’entendre dire que vous êtes obligés de partir», déclare Denise Pentz, rencontrée par l’AFP alors qu’elle entasse à la hâte ses biens dans une remorque.

Montagne «rougie»

«C’est ici que mes enfants ont grandi. C’est chez moi. Mais le plus important c’est que mes bébés, mon mari, mon chien, mon chat, que tous mes voisins se soient mis en sécurité», ajoute-t-elle.

En Californie, trois personnes sont mortes dans le comté de Butte, déjà ravagé par de gigantesques incendies qui avaient fait 86 victimes en novembre 2018, et une quatrième dans une région isolée et sauvage proche de l’Oregon.

Plus au sud, près de Fresno, de nombreux autres habitants ont aussi dû fuir en quelques minutes.

Tina Rose, 29 ans, a ainsi abandonné sa maison après avoir vu la montagne «rougir» sous l’effet des incendies. «On était en train de tout emballer et on pouvait entendre les citernes de propane exploser. Quand on a entendu la seconde, on se disait +on doit filer au cas où le feu accélère+, parce qu’on ne sait jamais», a-t-elle raconté à un journaliste de l’AFP.

«Nous n’abandonnerons pas»

«C’est quelque chose qu’on ne veut plus jamais revivre», lâche la jeune femme, qui a trouvé refuge près de Fresno, dans la maison de son beau-frère, remplie d’enfants et d’animaux évacués.

Le Creek Fire a déjà brûlé plus de 70’000 hectares, semant la désolation sur son passage: carcasses de voiture calcinées, maisons dont il ne reste que la cheminée de brique…

Environ 360 bâtiments ont été détruits, selon les pompiers californiens, qui ont déployé près de 1000 hommes pour combattre les flammes.

Plus de 200’000 hectares sont partis en fumée dans l’Etat de Washington, selon le gouverneur Jay Inslee, qui a dénoncé jeudi les conséquences catastrophiques du changement climatique.

«Nous n’abandonnerons pas l’avenir de cet Etat face au changement climatique», a-t-il affirmé sur Twitter. «Je penserai à ces incendies et leurs impacts sur nos populations quand nous prendrons nos prochaines décisions pour combattre le changement climatique», a-t-il ajouté.

Le gouverneur a également salué la mémoire d’un bébé d’un an retrouvé par des équipes de secours auprès de ses parents gravement brûlés qui tentaient d’échapper au brasier, à environ 200 km de Seattle. «La famille de l’enfant et sa communauté ne seront plus jamais les mêmes», a déclaré Jay Inslee.

En Californie, plus d’une vingtaine d’incendies font rage et le feu a consumé cette année plus de 12’500 km2 dans l’Etat, un record depuis que ces données sont relevées en 1987.

Près de Los Angeles, l’incendie «Bobcat Fire», toujours hors de contrôle, a dévasté plus de 9000 hectares, selon les pompiers.

Californie: à 14 ans, il prend le volant pour échapper aux flammes

A seulement 14 ans, Ruben Navarrete a pris le volant d’une voiture, filant en pleine nuit sur une petite route de montagne pour échapper aux flammes qui ravagent la Californie. Certes, sa famille l’avait bien préparé. Depuis deux jours, ils avaient reçu l’ordre de préparer leurs affaires et de se tenir prêts à évacuer Cold Springs Rancheria, une petite réserve indienne menacée par l’incendie Creek Fire, qui a déjà dévasté plus de 70’000 hectares de végétation dans les collines de la Californie centrale.

Puis le moment fatidique est arrivé. Joshua et son épouse Jamie ont reçu vers minuit un appel à évacuer aussitôt que possible, avec des jeunes cousins et un frère qui ne se déplace qu’en fauteuil roulant. L’opération nécessitait trois véhicules, Jamie devant dans sa camionnette, Joshua fermant la marche avec son pick-up et Ruben, le plus âgé des enfants, au milieu, au volant d’un gros SUV Chevrolet.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!