Actualisé

Apprentis sans-papiersEveline Widmer-Schlumpf se dit favorable

Eveline Widmer-Schlumpf est favorable à ce que les jeunes sans-papiers puissent suivre des apprentissages en Suisse.

La ministre de la justice s'exprime à titre personnel après que les villes de Lausanne et Genève ont annoncé vouloir proposer de telles formations.

«Il m'est difficile de comprendre pourquoi des jeunes gens qui ont été scolarisés ici se verraient privés de formation. A cela s'ajoute l'injustice qui frappe ceux qui veulent faire un apprentissage, à qui l'on ferme la porte, et ceux qui peuvent se lancer dans des études», affirme la conseillère fédérale samedi dans une interview accordée à la «Tribune de Genève» et «24 Heures».

D'un tout autre avis, le Conseil d'Etat vaudois n'a en revanche pas suivi les autorités de son chef-lieu. S'appuyant sur un avis de droit, il a jugé la démarche de l'exécutif lausannois contraire à la législation fédérale.

Une évolution de celle-ci est toutefois possible. Le Conseil national vient en effet d'approuver deux motions visant à autoriser les enfants clandestins qui ont suivi leur scolarité en Suisse à entamer un apprentissage.

Pas de régularisation généralisée

Eveline Widmer-Schlumpf n'est en revanche pas prête à accorder une régularisation généralisée aux sans-papiers. Ce n'est pas la solution, répond-elle dans l'interview aux deux quotidiens lémaniques.

«On le voit dans d'autres pays. Les personnes régularisées sont rapidement remplacées par de nouveaux sans-papiers. On ne fait que reporter le problème. Il faut régler cela au cas par cas, des dispositions permettant de traiter les cas de rigueur», rappelle-t- elle.

Et la conseillère fédérale bourgeoise-démocrate de préciser qu'il existerait près de 90'000 sans-papiers en Suisse, selon une étude de 2005. «Il ne s'agit pas d'un petit problème».

La ville de Lausanne a été la première, en février, à annoncer vouloir proposer des places d'apprentissage aux sans-papiers. Dès 2011, elle réserverait quatre des quelque 150 places de la municipalité à des jeunes ne diposant pas de permis. La ville de Genève lui a emboîté le pas.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!