Actualisé 20.05.2016 à 13:35

Mobilité

Eviter de prendre son auto pour aller au boulot

Genève et Vaud visent à limiter le nombre de déplacements en voiture liés à l'activité professionnelle des habitants. Les deux cantons font un appel du pied aux entreprises.

Les deux cantons font la promotion de la mobilité douce.

Les deux cantons font la promotion de la mobilité douce.

photo: Keystone/Martial Trezzini

Les cantons de Genève et Vaud publient un guide de mobilité à l'adresse des entreprises. Le but est de les inciter à proposer à leurs employés d'autres moyens de transport que la voiture individuelle dans le cadre de leur activité professionnelle.

La mobilité dans la région a explosé en raison de la croissance démographique et du développement économique, a souligné vendredi la conseillère d'Etat vaudoise Nuria Gorrite. Aux heures de pointe, les axes sont saturés et beaucoup de pendulaires se retrouvent coincés dans les bouchons.

Des exemples de réussite

La magistrate chargée du département des infrastructures et des ressources humaines estime que les entreprises peuvent jouer un rôle très important pour réduire ces flux durant les moments critiques de la journée. Pour les convaincre de l'utilité d'adopter un plan de mobilité, la brochure cite des exemples d'expériences réussies.

A Genève, l'Institution genevoise de maintien à domicile (IMAD) met à disposition de ses 2000 collaborateurs un peu plus de 260 vélos électriques pour effectuer les déplacements en ville. A Plan-les-Ouates, des entreprises de la zone industrielle font la promotion du covoiturage, du vélo et des transports publics.

Même à la campagne

Il n'est pas nécessaire qu'une entreprise soit située en milieu urbain pour avoir un plan de mobilité. Dans le petit village de Ballaigues (VD), la société Dentsply Maillefer, qui compte plus de 800 collaborateurs, a mis en place un service de bus pour ses employés qui habitent en France.

Grâce à ces entreprises pilotes, 6 à Genève et 5 dans le canton de Vaud, il est possible de mettre un visage sur les plans de mobilité, a souligné Mme Gorrite. De nombreuses combinaisons sont possibles et il existe quantité de solutions. La conseillère d'Etat espère maintenant que beaucoup de sociétés suivront ce chemin.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!