Evitez d'être écrivain!
Actualisé

Evitez d'être écrivain!

Très peu d'auteurs parviennent à vivre de leur plume. Presque tous exercent un autre métier pour financer leurs rêves de gloire.

C'est la rentrée littéraire! En France, 683 romans – vingt de plus que l'an dernier – s'affrontent. Un ouvrage se détache du peloton: «La condition littéraire: la double vie des écrivains». Cette enquête du sociologue Bernard Lahire en région Rhône-Alpes a été l'événement médiatique du week-end. Il a fait notamment la une du magazine Télérama.

Selon cette étude (réalisée auprès de 503 auteurs), seule une poignée d'écrivains stars vivent de leur plume, tandis que 98% mènent une double vie entre un métier alimentaire et l'écriture. Leur vécu est souvent fait de frustrations.

La majorité (64%) exerce un métier intellectuel ou de cadre. Près des trois quarts (71%) ont une formation supérieure mais se plaignent davantage de manquer de temps pour écrire que de ne pas gagner d'argent avec leurs livres.

Leur souci est plutôt d'être reconnu comme écrivain dont le travail apporte quelque chose à la littérature. Vendre de nombreux livres n'est pas leur obsession principale. Ils cherchent la reconnaissance, confie Bernard Lahire à Telérama.

Les écrivains se méfient cependant des prix littéraires qui pourraient les paralyser. Un sentiment contradictoire, comme celui éprouvé face à l'argent. L'auteur de science-fiction Ayerdahl est l'un des rares à vivre de ses droits d'auteur. Contraint pour cela de publier un livre par an et de le vendre à 10 000 exemplaires, il en vient à douter de son envie d'écrire.

(gim)

Ton opinion