Retraites: Ex-ministres, elles soutiennent la réforme 2020
Actualisé

RetraitesEx-ministres, elles soutiennent la réforme 2020

Les anciennes conseillères fédérales, Ruth Dreifuss et Eveline Widmer-Schlumpf ont dit croire ce week-end aux bienfaits de la réforme des retraites.

Eveline Widmer-Schlumpf et Ruth Dreifuss sont montées aux barricades pour la prévoyance 2020.

Eveline Widmer-Schlumpf et Ruth Dreifuss sont montées aux barricades pour la prévoyance 2020.

La réforme de la prévoyance vieillesse a reçu le soutien de deux ex-conseillères fédérales ce week-end. Ruth Dreifuss s'est exprimée devant les délégués du PS, qui ont décidé de consulter la base sur ce thème, et Eveline Widmer-Schlumpf a précisé dans les médias ses craintes face à un «non» le 24 septembre.

«Dans une position de force, nous pouvons actuellement encore choisir une alternative. Nous ne savons en revanche pas aujourd'hui si tel sera toujours le cas dans quelques années», a déclaré l'ex-ministre PBD dans des interviews au téléjournal de la SRF et au SonntagsBlick. Et Eveline Widmer-Schlumpf d'en appeler à la solidarité entre générations.

Pro Senectute, à la tête de laquelle la Grisonne a été élue samedi, contribue justement à cette solidarité, a fait valoir devant son assemblée l'actuel ministre des affaires sociales Alain Berset. L'organisation, qui fête ses 100 ans cette année, s'est déjà engagée en faveur de la réforme 2020.

Alain Berset a recueilli un autre soutien de taille samedi à l'occasion de l'assemblée de leur parti commun. L'ancienne conseillère fédérale socialiste Ruth Dreifuss, qui avait mis sur les rails en 1995 la dernière révision de l'AVS - avec passage de l'âge de la retraite des femmes de 62 à 64 ans -, a fait le déplacement à Castione (TI).

Prévoyance vieillesse 2020

15.03.2017 Les nouveaux retraités devraient recevoir un bonus de 70 francs. A l'issue de la conférence de conciliation mardi soir, la version du Conseil des Etats l'a emporté par 14 voix contre 12. Mais ce compromis doit encore être avalisé jeudi par le Conseil national et la Chambre des cantons et passé le cap des votations finales de fin de session vendredi. Le dernier mot appartiendra au peuple.

«Les scrupules de certains syndicats romands risquent de ne faire que le jeu de la droite», a-t-elle fait valoir sous un tonnerre d'applaudissements. Dans la foulée, les délégués du PS ont clairement montré dans quel camp ils sont. Ils ont recommandé aux membres du parti, par 140 voix contre 9 et 17 abstentions, d'approuver le projet de prévoyance vieillesse 2020.

Vote général

Jugeant ce thème prioritaire, la direction du PS, soutenu à la quasi-unanimité par les délégués, a en effet estimé nécessaire de consulter la base via un vote général des quelque 31'000 membres du parti sur la prévoyance vieillesse 2020. Les militants ont jusqu'au 30 avril pour envoyer leur réponse par voie postale.

La réforme de la prévoyance vieillesse représente «un progrès», a souligné pour sa part Christian Levrat dans son discours d'ouverture. Elle reste cependant «un compromis partiellement contesté, même à gauche». D'où la légitimité d'un vote général, qui sera organisé pour la troisième fois de l'histoire du PS, a précisé le président du parti.

Un des piliers du pays

La prévoyance vieillesse ne représente pas n'importe quel débat à l'ordre du jour, elle est l'un des piliers du pays, a renchéri Alain Berset. L'AVS est une promesse pour chaque habitant de ce pays, à qui l'on garantit suffisamment pour vivre en échange de son travail. «La pauvreté des personnes âgées dans la riche Suisse est une honte.»

La hausse de l'âge de la retraite ne doit pas être comprise isolément, il faut considérer l'ensemble de la réforme, a poursuivi le ministre des affaires sociales. La prévoyance vieillesse 2020 offre des améliorations pour de nombreux groupes de personnes, en particulier celles sans caisse de pensions, souvent des femmes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion