Italie: Ex-président de la banque vaticane perquisitionné
Actualisé

ItalieEx-président de la banque vaticane perquisitionné

Les carabinieri ont fait irruption mardi chez Ettore Gotti Tedeschi, l'ancien président de la banque du Vatican afin de faire la lumière sur des affaires de corruption. Une entreprise d'aéronautique est impliquée.

La police a effectué mardi une perquisition au domicile de l'ex-président de la Banque du Vatican, Ettore Gotti Tedeschi, dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption au sein du groupe d'aéronautique et de défense italien Finmeccanica, ont indiqué les médias.

Domicile fouillé

Le domicile de M. Gotti Tedeschi à Piacenza (nord de l'Italie) a été fouillé par des carabiniers ainsi qu'un bureau à Milan, sur ordre du parquet de Naples qui enquête sur l'affaire Finmeccanica mais qui n'a pas inscrit M. Gotti Tedeschi sur la liste des personnes directement visées par l'enquête, selon des sources judiciaires.

«Cas présumés de corruption»

Les enquêteurs cherchaient notamment des documents sur des opérations dont M. Gotti Tedeschi aurait pu être informé en raison de ses relations personnelles avec le président et directeur général de Finmeccanica Giuseppe Orsi, ont indiqué plusieurs médias, citant des sources judiciaires.

L'enquête de Naples «vise à élucider les cas présumés de corruption internationale, c'est-à-dire les paiements de pots-de-vin effectués par des sociétés du groupe Finmeccanica» en échange de contrats, a précisé le quotidien Repubblica sur son site internet.

Pots-de-vin et autres boîtes noires

Finmeccanica est secouée depuis 2010 par des affaires de corruption qui ont entraîné la démission le 1er décembre dernier de son président Pier Francesco Guarguaglini après neuf ans à la tête du groupe.

Fragilisé depuis l'ouverture d'une enquête en raison de soupçons de corruption et de fraude fiscale, M. Guarguaglini avait vu l'étau se resserrer en novembre après l'arrestation de trois personnes dont le directeur commercial de Selex, filiale du groupe dirigée par sa femme, Marina Grossi.

Selon la justice italienne, des marchés attribués à Selex auraient permis de constituer des caisses noires afin de frauder le fisc et de verser des pots-de-vin à des hommes politiques, ce que Finmeccanica et M. Guarguaglini ont toujours démenti.

Par ailleurs, des médias italiens écrivaient en février dernier que les autorités indiennes ont elles aussi ordonné l'ouverture d'une enquête en raison de soupçons de corruption dans le cadre de la vente de douze hélicoptères à l'Inde en 2010 par AgustaWestland, une filiale de Finmeccanica. (afp)

Ton opinion