Savoie: Ex-professeur aux assises pour viols et abus sexuels
Actualisé

SavoieEx-professeur aux assises pour viols et abus sexuels

Un professeur de lettres du Loiret à la retraite, Jean-Pierre O., accusé d'avoir violé son fils adoptif, abusé de ses deux petit-fils pendant plusieurs années et d'un de ses anciens élèves, comparaît à partir de lundi devant la cour d'assises de Savoie.

L'épouse de cet ancien professeur de français, latin et grec --très bien noté par sa hiérarchie et par ailleurs «profondément croyant» -- Anne-Marie O., âgée tout comme son mari de 73 ans, est également jugée pour ne pas avoir dénoncé certains abus, alors qu'elle avait été témoin de plusieurs scènes.

L'enquête avait démarré en 2006, suite au signalement d'une assistante scolaire d'un établissement savoyard, qui avait alerté la justice à propos d' attouchements infligés par Jean-Pierre O. à son petit fils alors âgé de 5 ans.

Le père du garçonnet avait alors révélé aux enquêteurs avoir été lui-même violé par l'accusé, son père adoptif, des années durant, au même titre que son frère, également adopté.

L'homme avait expliqué avoir été dans l'incapacité de dénoncer des faits qu'il avait préféré oublier jusqu'à ce que son père s'en prenne à son propre fils.

En juin 2007, le parquet d'Albertville (Savoie) avait ouvert une information judiciaire pour «viols et agressions sexuelles aggravés», menant à l'arrestation en janvier 2008 de l'accusé et de son épouse dans le Loiret.

Au cours de sa garde à vue, Jean-Pierre O. a en fait reconnu avoir abusé de ses deux petits-fils, âgés de 5 et 8 ans, entre 2000 et 2003. Ces abus sur ces deux victimes lui valent d'être jugé dans ce procès pour «agressions sexuelles».

Il a également avoué avoir violé ses deux fils adoptifs, certains faits s'étant déroulé dans le lit conjugal en présence de son épouse dans leur domicile situé dans la région d'Orléans.

L'accusé ne sera cependant jugé que pour des viols commis sur l'un de ses fils adoptifs, les faits concernant le second étant prescrits.

Ce professeur, qui a notamment exercé dans un collègue de Fleury-les-Aubrais (Loiret) pendant près de 30 ans, où sa hiérarchie le considérait comme «un enseignant de grande qualité» et un «véritable pilier», a également avoué s'en être pris à des enfants à qui il donnait des cours particuliers.

Sur la base de ses déclarations, une juge d'instruction d'Albertville avait lancé un appel à témoins en 2008 pour tenter de localiser l'ensemble de ses victimes.

L'instruction permettait de retrouver six anciens élèves se disant victimes d'abus sexuels de la part de Jean-Pierre O., qui n'est au final renvoyé devant les assises que pour les agressions sexuelles commises sur l'un d'entre eux, la prescription s'exerçant pour les autres.

Enfin, l'épouse de l'accusée, bénévole du secours catholique, «en admiration et soumise à son mari», selon les experts, sera jugée pour ne pas avoir empêché les abus commis sur ses petits-enfants.

Le verdict de ce procès de cinq jours est attendu vendredi.

Ton opinion