Publié

GenèveExcédé, le personnel de Swissport pose un ultimatum

Des nouveaux contrats que les employés doivent signer d’ici le 28 janvier prévoient d’importantes baisses de salaire. Les syndicats donnent 48 heures à la direction pour négocier. Des grèves pourraient suivre.

par
David Ramseyer
Images: dra

«De mémoire de syndicaliste, je n’ai jamais vu d’attaques aussi violentes de la part d’un employeur!», s’est exclamé Jamshid Pouranpir, du Syndicat des services publics, lors du rassemblement d’environ 200 salariés de Swissport, mardi à Genève Aéroport. D’ici le 28 janvier prochain, ceux-ci doivent parapher le nouveau contrat que leur a soumis l'entreprise d'assistance au sol, sous peine de risquer un licenciement. Le personnel et leurs syndicats réclament le retrait de ces contrats jugés scandaleux et «bas de gamme». Ils ont donné 48 heures à la direction pour entrer en matière sur des négociations, «ou alors, des moyens de lutte pourraient être décidés jeudi en assemblée générale.» Parmi elles: une grève, une grève du zèle ou un sitting.

Alors que les négociations d’une nouvelle convention collective de travail sont au point mort depuis des mois, les propositions de Swissport impliquent pour les 1200 employés du site genevois des baisses salariales, dont certaines atteindraient 1200 francs mensuels; mais aussi des vacances en moins et des heures de travail en plus, notamment. «On dilapide le savoir-faire et la qualité du travail de ces gens, s’est insurgé Pablo Guarino, du Syndicat du personnel des transports. La direction invoque la situation due au Covid: c’est un prétexte. Elle ignore surtout ses travailleurs pour faire plaisir aux actionnaires.» La colère gronde également du côté de l’aéroport de Kloten.

Ce mardi 12 janvier 2021, quelques 200 employés ont voté un ultimatum: ils demandent des négociations à leur direction d’ici 48 heures. Sans réponse de cette dernière, le personnel pourrait décider, jeudi prochain en assemblée générale, de mesures de lutte. Parmi elles: une grève. 

Ce mardi 12 janvier 2021, quelques 200 employés ont voté un ultimatum: ils demandent des négociations à leur direction d’ici 48 heures. Sans réponse de cette dernière, le personnel pourrait décider, jeudi prochain en assemblée générale, de mesures de lutte. Parmi elles: une grève.

dra

Divisions syndicales

Au bout du lac, les employés ont dit leur désarroi. «Si je signe, je perdrai 700 francs par mois; je devrai dire à mes enfants qu’ils ne pourront plus faire de sport et qu’on aura moins à manger», s’est exclamé l’un d’eux. Un autre, 33 ans de boîte au compteur, a accusé: «On me vole ma qualité, mon sérieux et mon expérience.».

Pour échapper au froid, 150 travailleurs - pas plus en raison des mesures Covid - ont été autorisés à se réunir dans le hall du terminal 2 de Cointrin. Une cinquantaine d’autres ont attendu dehors, où le vote final a été effectué, non sans mal. Les syndicats ont en effet apparus divisés sur la marche à suivre. Une majorité prônait le vote immédiat de mesures de lutte. «Nous attendons depuis trop longtemps que Swissport discute, il faut agir maintenant, le temps nous est compté d’ici le 28 janvier», ont-ils déclaré.

De l’autre côté, Yves Mugny, d’Avenir Syndical (ndlr: une structure créée il y a quelques mois), qui s’est invité au rassemblement, voulait d’abord convier la direction au dialogue avant de passer à l’action, «pour ne pas être accusés de mettre l’entreprise au pied du mur». Il a finalement été suivi par le personnel qui a donc voté un ultimatum plutôt que des actions immédiates. Mais le ton est donné: «Au final, il faudra agir, a crié un employé. Sinon, on va se faire bouffer!».

Priorité de l’Etat: la pérennité de l’aéroport

Le Département genevois des infrastructures, qui chapeaute Cointrin, n’a pas souhaité faire de commentaire. Mais il rappelle qu’en raison de la crise du Covid, la plateforme aéroportuaire se trouve dans une situation «extraordinairement difficile, qui va bien au-delà des problèmes de telle ou telle entreprise. La priorité est d’assurer la pérennité de l’aéroport». Sollicitée, la direction de Swissport ne nous a pas répondu.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
379 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

troudelcou

13.01.2021 à 15:17

Tout ferme pour 6 semaines, l'économie est morte les amis, la bonne nouvelle est que le frontal part avec l'arret de l'économie. Concernant le télétravail, les sociétés à données sensibles qui mettront des frontal en télétravail seront dans l'illégalité et devront être dénoncées. L'article sur les campings car reflete bien la crise et me fait penser au USA qui sont en crise depuis plus longtemps que nous car les loyers sont résiliés de façon soutenu en ce moment.

reflexion en profondeur

13.01.2021 à 12:31

Votez PLR ou UDC. Ainsi on va augmenter les âges des retraites tout en baissant la rente, sans oublier d'augmenter la cotisation retraite toutefois. On facilitera le licenciement des mécontents. Tout ce que l'Etat appliquera comme mesures, va après déborder dans le privé et donc vous aussi serez concernés. Alors arrêtez de critiquer les syndicats, sans qui, vous auriez pas le salaire que vous avez.

BrainNotFound

13.01.2021 à 12:26

" On me vole ... mon expérience " : Expérience de mettre les bagages dans l'avion ?