Meyrin (GE): Excédé par les pigeons, un quartier veut des mesures

Actualisé

Meyrin (GE)Excédé par les pigeons, un quartier veut des mesures

Des habitants de Champs-Fréchets et de la rue Gilbert n'en peuvent plus des volatiles. Des élus demandent l'installation de pigeonniers.

par
Léonard Boissonnas
Les oiseaux des villes pourrissent le quotidien de certains Meyrinois.

Les oiseaux des villes pourrissent le quotidien de certains Meyrinois.

photo: Kein Anbieter/leo/20min

«C'est une horreur, on n'en peut plus de ces pigeons!» Cette habitante fait partie des 251 Meyrinois à avoir signé une pétition pour réclamer des installations consacrées à ces oiseaux. Une requête relayée par la conseillère communale verte, Sabine Tiguemounine, qui présentera mardi une résolution devant le conseil municipal de Meyrin. «Pour beaucoup, ça devient invivable», explique-t-elle.

Les désagréments sont nombreux: déjections, nuisances sonores ou encore nids sur les balcons. La mise en place de pigeonniers permettrait de contrôler cette population peu désirée, selon l'élue: «L'idée est de les regrouper en un seul endroit et d'en confier l'entretien à la voirie.» La construction de ces structures pourrait être réalisée sur place par l'association Transit, qui s'occupe de jeunes en rupture, via leur atelier de menuiserie: «Cela permettrait de donner du travail au niveau local», note Sabine Tiguemounine.

Nourriture jetée aux pigeons

La Verte s'inspire de ce qui a été entrepris à Carouge, où la pose de deux pigeonniers sur des bâtiments publics a permis de pallier quelque peu le problème: «La situation s'est améliorée sans pour autant la solutionner complètement, il y a encore des gens qui nourrissent les pigeons», indique Nils Rademacher, chef du Service de la Voirie, Espaces verts et Matériel de la cité sarde. En Ville de Genève, deux installations n'ont pas porté leurs fruits, là aussi en raison de passants qui jettent des graines à proximité.

«Le but est aussi d'informer sur l'attitude à adopter et de rassurer ceux qui donnent à manger aux pigeons: on ne veut pas les éliminer, mais les contrôler», précise Sabine Tiguemounine.

Peu de problèmes à Lausanne

En Ville de Lausanne, les pigeons posent «étonnamment peu de problèmes», selon le chef du Service de la propreté urbaine, Stéphane Beaudinot. «Nous réagissons très vite, lorsque nous recevons une information», précise-t-il. Outre des pigeonniers en toitures sur l'église Saint-François, sur la Tour de l'Ale et au parc de Mon Repos, des barres de fer et des filets sont installés sur certains bâtiments communaux, indique le fonctionnaire. Selon un règlement communal, les passants qui nourrissent les oiseaux peuvent être amendés: «En début d'année, nous avons reçu une plainte de commerçants au sujet d'une personne qui déversait des graines dans une rue du centre, explique Stéphane Beaudinot. Nous sommes immédiatement intervenus afin d'éviter la concentration de pigeons sur un lieu de la ville, par attrait de la nourriture, ce qui provoquerait rapidement des dégradations sur les bâtiments et des désagréments pour les passants. La personne en question a été dénoncée auprès de la commission de police. Nous sommes parfois obligés d'être fermes.»

Ton opinion