Tamedia : Exercice semestriel réjouissant
Actualisé

Tamedia Exercice semestriel réjouissant

Tamedia signe son meilleur exercice semestriel de ces dix dernières années, en raison principalement de l'intégration pour la première fois d'Edipresse (Suisse).

Le groupe de presse zurichois a dégagé un bénéfice net de 87,7 millions de francs, en hausse de 67% par rapport aux six premiers mois de 2010.

Il fallait du «courage» pour acquérir Edipresse, mais Tamedia et le groupe romand se complètent très bien, a déclaré mercredi le président du conseil d'administration du groupe zurichois Pietro Supino lors de la présentation des résultats du 1er semestre.

Au 1er janvier, Tamedia possédait 50,1% d'Edipresse, part acquise pour 207 millions de francs. L'achat du reste (49,9%) se fera en deux étapes: une tranche de 200 millions d'ici au 1er mars 2012 et une autre, de 69 à 130 millions en fonction des résultats, d'ici au 1er trimestre 2013. C'est un prix «raisonnable», selon M. Supino.

Investigation

Pietro Supino veut augmenter la qualité des journaux du groupe en établissant «une culture du journalisme d'investigation». «Le Matin Dimanche», le «Bund» et le «Tages-Anzeiger» ont fait des efforts dans ce domaine et la qualité s'améliore, estime-t-il.

Le chiffre d'affaires de Tamedia a bondi de 55,1%, à 558,9 millions de francs, essentiellement grâce à l'intégration d'Edipresse. Le secteur numérique, caractérisé par une forte croissance, a contribué à hauteur de 11% à ce résultat.

L'acquisition d'Edipresse a permis de dégager des synergies pour 23 millions de francs. «C'est un bon départ», a déclaré Martin Krall, directeur général.

Presse régionale

Dans la presse régionale, «24 Heures» et la «Tribune de Genève» contribuent pour 40% (137 millions de francs) au chiffre d'affaires qui s'élève à 344 millions ( 83%). Dans la presse nationale, «Le Matin» et «Le Matin Dimanche» représentent 33% (75 millions) du chiffre d'affaires qui se monte à 229 millions ( 48%).

Dans le secteur numérique, le chiffre d'affaire a progressé de 75% à 64 millions de francs. Cette hausse s'explique en partie par la reprise des médias en ligne d'Edipresse qui contribuent pour 33% au chiffre d'affaires.

Le groupe zurichois entend développer encore son secteur numérique. De 364 collaborateurs à fin 2010, il devrait passer à 690 personnes ( 326) d'ici la fin de 2012.

Télévisions et radios

Tamedia a vendu ses deux télévisions (TeleBärn et TeleZüri) au groupe argovien AZ Medien AG. Le groupe zurichois veut aussi céder ses deux radios (Capital FM et Radio 24), mais aucune «offre convaincante» n'a été faite pour le moment, selon M. Supino.

Au niveau opérationnel, le résultat du groupe avant intérêts et impôts (EBIT) a presque doublé ( 90%) pour s'inscrire à 88,7 millions de francs. C'est le meilleur EBIT depuis que le groupe est coté en bourse (2000), a souligné Martin Kall.

Par ailleurs, Martin Kall quittera son poste en 2013 pour le conseil d'administration de l'entreprise. Christoph Tonini, actuel président adjoint, lui succédera.

Perspectives

Les perspectives à moyen terme sont «presque impossibles» à évaluer, selon Tamedia. Toutefois, le groupe estime qu'avec une marge EBIT de 16%, il possède une «capacité bénéficiaire» meilleure qu'en 2008.

La tranche de 200 millions pour l'acquisition d'Edipresse sera financée en grande partie ou intégralement par des fonds propres. Après mars 2012, le groupe zurichois «n'aurait alors plus aucune dette et continuerait d'être solidement financé». (ats)

Ton opinion