Actualisé 16.11.2013 à 15:56

AfghanistanExplosion près du site du traité avec les Etats-Unis

Un attentat à la voiture piégée a été perpétré samedi à Kaboul près du site où la Loya Jirga, grande assemblée traditionnelle, doit se réunir la semaine prochaine pour débattre du maintien d'une présence militaire américaine dans le pays après 2014.

Le président afghan Hamid Karzaï a lui invité les insurgés talibans à participer à cette assemblée.

Le président afghan Hamid Karzaï a lui invité les insurgés talibans à participer à cette assemblée.

L'attaque a fait au moins six tués, «quatre civils, un policier et un militaire», ainsi que 22 blessés, des civils pour la plupart, a souligné à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sediq Seddiqi.

Un «kamikaze a fait exploser une voiture piégée dans une zone où se trouvaient de nombreux civils», avait dit auparavant le chef de la police de Kaboul, Mohammad Zaher.

Le ministère de l'Intérieur a lui précisé dans un communiqué que l'assaillant avait été identifié et poursuivi par les forces de l'ordre avant de faire exploser son véhicule près d'un poste de police. Personne n'a revendiqué dans l'immédiat la responsabilité de l'attentat.

Appel lancé

Les rues du quartier où a eu lieu l'attaque ont été bloquées par la police, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

L'assemblée doit elle se réunir pendant quatre jours à partir de jeudi pour examiner un traité bilatéral de sécurité (BSA) que Washington et Kaboul négocient laborieusement depuis plusieurs mois.

«Nous prions (les insurgés) de venir participer à la Loya Jirga pour exprimer leur point de vue», a déclaré le président afghan.

Accord récemment

«Ils font partie du peuple afghan, ils ont le droit de prendre part à cette assemblée», a-t-il encore ajouté.

Les talibans ont toutefois déjà indiqué qu'ils considéraient cette Loya Jirga comme une «farce», avertissant que ses participants seraient «punis» si l'accord était approuvé.

Ce traité permettrait aux forces afghanes de compter sur un soutien américain, notamment aérien, après le départ des 75 000 soldats de l'OTAN d'ici à la fin 2014, qui fait craindre une flambée de violences dans un pays en partie contrôlé par la rébellion des talibans.

En octobre, à l'issue de longues tractations à Kaboul, le président Karzaï et le secrétaire d'État américain John Kerry avaient annoncé être parvenus à un accord partiel, sans avoir pu régler totalement la question sensible de l'immunité des soldats américains. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!