Actualisé 12.04.2017 à 14:19

AllemagneExplosions devant le car du Borussia: match reporté

Les trois explosions visaient directement le bus de Borussia Dortmund. Marc Bartra a dû être opéré. Le match a été reporté.

1 / 50
Lors du procès de l'auteur présumé de l'attaque, Marc Bartra a déclaré n'avoir «pas digéré l'attentat et continue à en souffrir». (Lundi 29 janvier 2018)

Lors du procès de l'auteur présumé de l'attaque, Marc Bartra a déclaré n'avoir «pas digéré l'attentat et continue à en souffrir». (Lundi 29 janvier 2018)

AFP
L'accusé au procès, Sergueï Wenergold, se voit reprocher d'avoir fait exploser trois bombes le 11 avril 2017 au passage du bus de l'équipe de Dortmund. (Lundi 29 janvier 2018)

L'accusé au procès, Sergueï Wenergold, se voit reprocher d'avoir fait exploser trois bombes le 11 avril 2017 au passage du bus de l'équipe de Dortmund. (Lundi 29 janvier 2018)

AFP
Sergueï W. a admis les faits lundi 8 janvier 2018.

Sergueï W. a admis les faits lundi 8 janvier 2018.

AFP

Les trois explosions survenues mardi soir près du bus de Borussia Dortmund visaient directement le véhicule, a indiqué le chef de la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Le bus s'était mis en route en direction du stade pour y disputer le quart de finale aller de la Ligue des champions contre Monaco.

«Nous partons du principe, et nous l'avons fait dès le départ, qu'il s'est agi d'une attaque qui visait directement le bus» de l'équipe, a déclaré Gregor Lange lors d'une conférence de presse.

Le parquet local a par ailleurs révélé qu'une «lettre» avait été retrouvée près du lieu des explosions. «Son authenticité est en cours de vérification», a-t-il ajouté, sans donner de détail sur son contenu.

Enquête

Une responsable du parquet, Sandra Lücke, a indiqué qu'une enquête pour «tentative d'homicide» avait été ouverte et souligné qu'il était trop tôt pour déterminer la motivation des explosions. Une source proche des services de sécurité allemands avait indiqué un peu plus tôt à l'agence DPA que les autorités ne disposaient à ce stade d'aucun élément plaidant en faveur d'un acte «terroriste».

De même, un quatrième «objet ressemblant à un explosif» a été retrouvé sur les lieux mais les enquêteurs n'ont pas pu encore clairement établir ce dont il s'agit et s'il est ou non lié aux faits survenus dans la soirée, a souligné le responsable de la police.

Bartra blessé

Le défenseur international de Dortmund, Marc Bartra, est l'unique blessé. L'Espagnol a dû être opéré d'un poignet dans la soirée, a annoncé son club. «Il est en train en ce moment même d'être opéré» d'une fracture du radius dans le poignet droit, a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole de Dortmund. «Il a un corps étranger» dans le bras, a-t-il ajouté.

Les explosions ont eu lieu vers 19h30, un peu plus d'une heure avant le coup d'envoi du match, à une dizaine de kilomètres du stade.

«Le bus s'est mis en route» depuis l'hôtel de l'équipe dans cette ville de l'ouest de l'Allemagne pour gagner le stade à une dizaine de kilomètres de distance, lorsque «trois charges explosives ont détoné», a expliqué un porte-parole de la police locale, Gunnar Wortmann.

Appel au calme

La police a également appelé le public à garder son calme pour faciliter son travail et à ne pas céder à la rumeur. «Nous avons déployé d'importants moyens dans le stade et ses alentours», ont précisé les forces de l'ordre de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

La police a également envoyé des drones pour s'assurer qu'aucun autre engin explosif ne se trouvait aux abords du stade et de l'hôtel du Borussia, là où ont eu lieu les détonations.

Et là où est retournée l'équipe une fois la confirmation du renvoi du match. Juste après les faits, la délégation de Dortmund avait été conduite en urgence au stade.

L'équipe de Dortmund est, après le Bayern Munich, l'équipe de football la plus en vue d'Allemagne depuis plusieurs années.

«Dortmund! Dortmund!»

Les quelque 3000 supporters de Monaco présents mardi soir dans le stade ont scandé plusieurs fois: «Dortmund! Dortmund!», applaudis par le reste du public. Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a salué le comportement des supporters de Monaco. «Meilleurs voeux de rétablissement à Marc Bartra. Grosse réaction des fans de Monaco. Ce soir, tout le monde est aux côtés du BVB», a tweeté Steffen Seibert.

Le speaker du stade de Dortmund a demandé au public présent de rester encore «environ une demi-heure» avant de sortir après avoir assuré qu'il n'y avait «aucune raison de paniquer», dans le contexte actuel de crainte d'attentats.

«Il n'y a pas de danger à l'intérieur et à proximité du stade», a ajouté le speaker. Le club a lancé un hashtag à l'attention des supporters monégasques pour les aider à trouver un logement pour la nuit à Dortmund., #bedforawayfans (lits pour supporters en déplacement).

Rendez-vous mercredi

«J'espère que l'équipe sera, dans une certaine mesure, en état de se présenter demain pour un match de compétition, a souhaité Watzke. Dans une telle situation de crise, tous les supporters du Borussia se serrent les coudes.»

La rencontre aura donc lieu mercredi à 18h45, deux heures avant les deux autres parties au programme, Bayern Munich - Real Madrid et Atletico Madrid - Leicester. «J'espère que nous réussirons à nous remettre dans la compétition, a dit le président du BvB et de la Ligue nationale allemande Reinhard Rauball. Cela ajouterait au drame qui s'est déjà joué si l'équipe devait en pâtir sur le terrain. Mais je suis convaincu que le coach et les joueurs trouveront le moyen de donner le meilleur d'eux-mêmes mercredi.» (nxp/ats)

Le gardien Suisse Roman Bürki témoigne

«Nous sommes partis de l'hôtel vers 19h15 et avons soudain entendu une énorme explosion», raconte le gardien suisse de Dortmund Roman Bürki au «Blick».

«J'étais assis au dernier rang, à côté de Bartra, qui a été blessé par un éclat de verre. Nous nous sommes tous accroupis et, ceux qui le pouvaient, se sont même couchés au sol dans le bus. Nous ne savions pas si cela allait encore se produire. La police est rapidement intervenue et a sécurisé la zone. Nous sommes tous choqués, plus personne ne pense en ce moment à un match de football.»

Toute l'équipe est sous le choc, a poursuivi Hans-Joachim Watzke, le directeur général du BvB. En partculier l'entraîneur Thomas Tuchel, qui se trouvait justement du côté d'une des explosions. «Nous devons essayer de canaliser tout cela d'une manière ou d'une autre. Il ne sera pas facile de jouer dès demain. On n'efface pas de telles images.»

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!