Commerce extérieur: Exportations et importations ont continué à chuter en août

Actualisé

Commerce extérieurExportations et importations ont continué à chuter en août

Le commerce extérieur de la Suisse broie toujours du noir, sur fond de récession économique.

Les exportations ont reculé de 14% en août à 12,96 milliards de francs, même si le rythme de contraction ralentit. Les importations ont chuté de 18,1% à 11,18 milliards.

L'Administration fédérale des douanes (AFD), qui a publié ces chiffres mardi, écrit que le commerce extérieur a «une fois de plus bu la tasse». La contraction plus marquée des importations a toutefois provoqué un gonflement d'un quart de l'excédent au regard de celui du mois d'août 2008 à 1,79 milliard de francs.

La période écoulée a compté un jour ouvrable de plus. Corrigées de ce facteur, la baisse des exportations atteint 17,7% (19% en termes réels) et celle des importations 21,6% (-17%). L'ampleur des contractions demeurent grosso modo la même que lors des mois précédent. L'automne devrait toutefois se révéler plus favorable.

N'empêche qu'en affinant, il apparaît que pour les exportations la tendance est au ralentissement de l'érosion. Pour mémoire, elles reculaient encore de 20,9% en juin et de 16,5% en juillet.

Horlogerie en panne

Sur huit mois cette année, les exportations affichent un recul de 15,7% pour s'établir à 117,85 milliards de francs. Les importations subissent davantage l'impact de la crise avec un plongeon de 16,6% à 105,12 milliards. L'excédent commercial ressort pour sa part en diminution de 7,5% à 12,73 milliards.

Le détail de la statistique d'août montre que ce sont les industries MEM et horlogère qui ont le plus souffert. La première a vu ses exportations chuter de 25,9% (-25,4% en huit mois) pour les machines et l'électronique, alors que la métallurgie tombait de 31,2% (-36,5%).

Du côté des horlogers, les exportations ont diminué de 22% (- 25,9%). Reste que les taux de baisse apparaissent moins sérieux comparativement aux mois précédents, trahissant un soupçon de reprise de la demande. Un phénomène qui devrait s'amplifier à la faveur des déstockages massifs survenus ces derniers mois.

Pharma-chimie en hausse

Seuls deux secteurs ont réussi à progresser, à savoir l'industrie chimique (y comprise la branche pharmaceutique), dont les exportations ont crû de 3,2% (-4,7% sur huit mois), et celle des denrées alimentaires (avec les boissons et le tabac), avec une avancée modeste de 1,1% (-0,8%).

En ce qui concerne les importations, les produits énergétiques ont plongé de moitié en août, grâce avant tout à la contraction massive des prix du pétrole (-38%). Les biens de consommation ont quant à eux subi un recul de 7,6%

En considérant les pays, les reculs les plus importants pour les exportations proviennent des Emirats Arabes Unis (-75% environ), de la Russie et de la Turquie (-33%). Des baisses du même ordre de grandeur ont affecté l'Australie, la Hongrie, le Brésil, la Thaïlande et la Finlande, cite l'AFD.

Cas libyen

Par contre, la Suisse a enregistré une amélioration avec des pays comme l'Autriche, Singapour, la Chine, la Grèce et le Japon, principalement grâce aux produits pharmaceutiques. Vers la Chine par exemple, la progression des exportations en août s'est élevée à 20%.

Côté importations, la Suisse a surtout moins commercé avec l'Irlande, le Brésil et la Thaïlande, sans omettre la Libye du colonel Kadhafi avec laquelle les achats de pétrole brut ont fondu de 97% (voir encadré). A l'inverse, les affaires ont augmenté avec l'Autriche, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Azerbaïdjan (pétrole).

(ats)

Ton opinion