Soudan: Expulser des ONG, un crime de guerre?
Actualisé

SoudanExpulser des ONG, un crime de guerre?

La Commission des Droits de l'Homme des Nations unies a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête pour déterminer si l'expulsion des organisations humanitaires par le Soudan constitue un crime de guerre.

Le porte-parole de cette Commission qui compte 53 Etats, Rupert Colville, a souligné que la décision de Khartoum d'expulser les travailleurs humanitaires de 13 des plus importantes organisations d'aide constitue «un abandon gravissime» qui met la vie de milliers de personnes en danger.

L'expulsion des ONG travaillant au Darfour a été annoncée par Khartoum dans la foulée du mandat d'arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir, inculpé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Jeudi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait exhorté le gouvernement soudanais à revenir sur cette décision, soulignant que l'expulsion des organisations humanitaires du Darfour va causer des «dommages irréparables» pour les opérations humanitaires dans cette région en guerre du Soudan.

Ces opérations sont «cruciales pour maintenir une ligne vitale pour les 4,7 millions de personnes qui reçoivent de l'aide au Darfour», a déclaré sa porte-parole Michèle Montas, faisant également part de l'inquiétude du secrétaire général pour la sécurité des personnels humanitaires.

(ap)

Ton opinion