Tribunal d’Yverdon-les-Bains (VD) - Expulsion de deux colocataires étrangers violents
Publié

Tribunal d’Yverdon-les-Bains (VD)Expulsion de deux colocataires étrangers violents

Un Serbe de 22 ans avait perdu connaissance après une tentative d’étranglement et un couteau appuyé sur sa gorge en décembre 2020. Les auteurs, ses deux colocataires portugais, ont été condamnés et seront rapatriés.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Un jeune homme, qui s’est vu mourir lors d’une agression de ses deux colocataires, a perdu tous ses moyens quand il les a revus au Tribunal mardi. Il a été acheminé à l’hôpital psychiatrique.

Un jeune homme, qui s’est vu mourir lors d’une agression de ses deux colocataires, a perdu tous ses moyens quand il les a revus au Tribunal mardi. Il a été acheminé à l’hôpital psychiatrique.

apn

Le procureur Gabriel Moret avait annoncé la couleur mardi quand il a requis une peine de prison ferme pour le Portugais Paolo*, le sursis pour son compatriote Miguel* et l’expulsion de Suisse pour le duo qui a failli tuer son colocataire serbe, Boban*, en décembre 2020 dans l’appartement qu’ils partageaient à Yverdon-les-Bains (VD). Il a été, dans les grandes lignes, suivi par le Tribunal d’arrondissement de la Broye et du Nord vaudois. Le verdict a été rendu mercredi en fin de journée.

Même si la tentative de meurtre n’a pas été retenue contre Paolo, il a été reconnu coupable de mise en danger de la vie dautrui, de lésions corporelles simples, d’injure et de tentative de contrainte. Il a écopé de 26 mois de prison ferme, dont il faudra déduire 157 jours de détention avant jugement ainsi que trois jours supplémentaires pour cause de séjour carcéral dans des conditions illicites. Le jeune ouvrier portugais devra également s’acquitter d’une peine pécuniaire de 300 francs. Il devra également dire adieu à ses rêves de mener une carrière professionnelle en Suisse: une fois qu’il aura fini de purger sa peine, il y sera interdit de séjour pour une durée de huit ans.

8000 francs de tort moral

Miguel, le moins violent des deux et qui a fait d’admirables efforts d’intégration jusqu’à parler quasi correctement le français en seulement cinq mois, a été condamné à 24 mois de prison (dont il faudra déduire 57 jours de détention préventive et cinq jours pour séjour carcéral dans des conditions illicites) avec un sursis de quatre ans. Il devra également s’acquitter d’une peine pécuniaire de 300 francs. L’ouvrier lusophone francophile devra, lui aussi, mettre en berne ses rêves de carrière professionnelle et de fonder une famille en Suisse: il y est interdit de séjour pour une durée de huit ans.

Quant à Boban, qui a eu une épouvantable attaque de panique mardi, dès qu’il a aperçu un de ses deux anciens colocataires et bourreaux, il s’est vu octroyer 8000 francs d’indemnité pour tort moral. Son avocat réclamait 15’000 francs. «Dans la mesure où je fondais le montant réclamé sur la qualification de tentative de meurtre et que ce chef d’accusation n’a pas été retenu, je ne suis pas étonné que l’indemnité pour tort moral soit moins élevée», a réagi Me Yann Jaillet, le défenseur de la victime serbe.

Les différentes parties ont dix jours pour faire appel. « Nous allons probablement faire une annonce d’appel le temps d’obtenir la motivation du jugement», a réagi Me Adrien Gutowski, l’avocat de Miguel.

*Prénoms d’emprunt

Ton opinion