Actualisé 20.09.2019 à 08:30

Blocage à Lausanne

«Extinction natel» en attendant le gros coup

Le mouvement Extinction Rébellion a tenu un briefing vendredi à 9h en attendant l'action d'envergure qu'il va organiser vers 11h15 dans un lieu de la capitale vaudoise, tenu secret pour le moment.

de
apn
Les jeunes écolos du mouvement Extinction Rébellion préparent une action d'envergure à Lausanne ce vendredi matin. Alors que certains craignent de gros débordements, les militants  annoncent une action de désobéissance civile non-violente.

Les jeunes écolos du mouvement Extinction Rébellion préparent une action d'envergure à Lausanne ce vendredi matin. Alors que certains craignent de gros débordements, les militants annoncent une action de désobéissance civile non-violente.

apn

Une centaine de jeunes militants du mouvement Extinction Rébellion (XR) se sont réunis vendredi vers 9h à la Maison de quartier sous-gare à Lausanne. Particularité de cette séance dont le but est de préparer une manifestation d'envergure prévue vers 11h15 dans un lieu qui ne sera divulgué qu'au dernier moment, aucun téléphone portable ne devait être allumé. «Pas de mode avion. Les Natel doivent être éteints. Le premier dont le téléphone va sonner sera expulsé de la salle», a d'emblée averti une des responsables du mouvement. Quelques minutes après cette cinglante sommation, le smartphone de l'intéressée s'est mis à sonner, déclenchant ainsi l'hilarité générale.

Décidés à jouer à cache-cache avec la police, les jeunes écolos se rendront au lieu de rassemblement de 11h en petits groupes. «Nous sommes traités comme des criminels alors que nous voulons sauver notre planète et les espèces qui la peuplent. N'ayons pas peur. Soyons organisés, déterminés et non-violents», a enchaîné un membre. Alors que certains ont déjà annoncé que l'action de XR allait semer le chaos à Lausanne ce vendredi, les militants ont multiplié les appels au calme et à la désobéissance civile. «Si la police vous met la pression, asseyez-vous par terre , les paumes en l'air et criez Non-violent», a harangué un responsable.

Enfin, une avocate lausannoise a briefé les manifestants sur leurs droits et devoirs en leur rappelant qu'une permanence juridique a été mise en place pour défendre ceux d'entre eux qui auront été interpellés par la police.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!