Incendie de Lausanne: Extinction totale d'ici deux semaines
Actualisé

Incendie de LausanneExtinction totale d'ici deux semaines

Une solution technique a été mise sur pied pour évacuer les décombres fumants de l'incendie de l'avenue de Provence à Lausanne.

Elle consiste à éventrer le mur, puis à extraire les gravats au moyen de trax. L'opération devrait durer environ deux semaines.

L'état du sinistre, qui a démarré voici six jours, n'a pas beaucoup évolué, a expliqué mercredi le commandant Jean-Luc Berney. Quelque 150 personnes se trouvent toujours sur le site. «Tant que les tonnes de décombres de papiers et de plastiques fumants ne seront pas évacués, le feu continuera à brûler», a-t-il constaté.

Les responsables ont donc planché avec des ingénieurs sur une solution. Elle consistera à excaver le mur sur pratiquement toute sa surface à hauteur des deux sous-sols, puis de démolir la paroi. Le bâtiment restera stable, si les murs de côté sont enlevés, car il tient sur des piliers, a précisé le commandant.

Début probable vendredi

Cette solution, la moins chère et la plus rapide selon le commandant, n'a pas encore été mise en oeuvre. Elle doit encore être travaillée au niveau de la sécurité. D'autre part, elle ne pourra commencer qu'une fois les étages supérieurs évacués.

Les secours sont en effet prêts à aller rechercher les données dont ont besoin la quinzaine d'entreprises installées dans le bâtiment pour redémarrer leurs activités. Le premier sous-sol où se trouve une quinzaine de voitures sera également vidé. Une fois ces déménagements accomplis, l'opération pourra démarrer, probablement vendredi, suppose le chef des pompiers.

Conduits par des chauffeurs d'entreprises privées, trois petits trax à bras téléscopique iront dès lors rechercher les centaines de tonnes d'archives brûlées. Les pompiers caleront ensuite des étais en bois pour soutenir la dalle qui menace de s'effondrer. Les machines poursuivront au fur et à mesure leur progression.

Au moins deux semaines

Les hommes du feu resteront sur les lieux pendant toute la durée de l'extraction, qui devrait durer deux semaines selon les estimations du commandant. Ils assureront la sécurité des chauffeurs de trax qui travailleront sans protection respiratoire, en plaçant notamment des alimentations d'air frais.

Les combustibles seront déposés dans des bennes, puis enfermés dans des conteneurs. Les responsables ignorent pour l'heure où ils seront acheminés par la suite. Le montant de l'opération s'élevera à plusieurs centaines de milliers de francs, a relevé Jean-Luc Berney, sans pouvoir préciser davantage.

La cause de l'incendie probablement accidentel n'est toujours pas connue. Une fois les responsabilités établies, ce sera à l'Etablissement d'assurance contre l'incendie du canton (ECA) de prendre en charge les frais et d'éventuellement intenter une action en justice, a noté Marc Vuileumier, directeur de la sécurité publique et des sports. (ats)

Ton opinion