Indonésie: ExxonMobil n'évitera pas un procès pour torture
Actualisé

IndonésieExxonMobil n'évitera pas un procès pour torture

Le géant pétrolier américain ExxonMobil n'échappera pas à un procès en Indonésie pour complicité présumée dans des cas de tortures et de meurtres commis par des soldats chargés de la sécurité de ses installations.

La justice américaine a tranché en sa défaveur.

Dans une décision publiée mercredi, le juge Louis Oberdorfer d'un tribunal de Washington a rejeté la demande d'ExxonMobil et de sa filiale indonésienne EMOI d'examiner la plainte en référé, ouvrant vraisemblablement la voie à un procès.

Les faits reprochés au groupe pétrolier concernent son site d'Aceh et remontent au début des années 2000, certains témoignages de séquestration et de tortures datant de 2001, tandis que des "raids" des forces de sécurité dans un village se situent en 2003.

«Onze villageois affirment qu'ExxonMobil, deux de ses filiales (Mobil Corporation et ExxonMobil Oil Corporation), et sa filiale indonésienne ExxonMobil Oil Indonesia (EMOI) sont responsables des meurtres et tortures commis par des forces de sécurité militaires payées par EMOI pour assurer des services de sécurité», peut-on lire dans le document du tribunal.

«Il existe des preuves que ces forces de sécurité ont commis ces atrocités», a poursuivi le juge, selon qui la responsabilité d'EMOI et de sa maison-mère doit être au coeur d'un processus de «vérification des faits».

«EMOI a payé pour ce service de sécurité, qui a été fourni de manière contractuelle; EMOI avait le droit d'influer sur ces forces 'de déploiement logistique' et de peser sur le plan de sécurité; EMOI a assisté à la gestion des affaires de sécurité», est-il notamment relevé dans le document du tribunal.

A la décharge du groupe pétrolier, le juge Oberdorfer a reconnu que la région où les faits sont reprochés avait été traversée par une période d'instabilité remontant à 1999, marquée par «l'effondrement total de la loi et de l'ordre dans la province», ce qui avait conduit EMOI à demander l'assistance des militaires pour protéger ses installations. (ats)

Ton opinion