Vaud: Fabienne Despot garde la haute main sur l'UDC Vaud
Actualisé

VaudFabienne Despot garde la haute main sur l'UDC Vaud

Embourbée dans une histoire d'écoutes, l'élue a su garder la confiance des délégués. Elle reste à la fois présidente de la section et candidate aux élections fédérales.

par
Caroline Gebhard
Contestée par une frange de son parti, la députée a fait face.

Contestée par une frange de son parti, la députée a fait face.

«Face à ce raz-de-marée, j'ai considéré qu'il n'était pas question d'abandonner. Face à la meute, la seule attitude raisonnable est de rester debout.»

Empêtrée dans un scandale depuis qu'elle avait enregistré des collègues de parti à leur insu, Fabienne Despot a donné le ton d'entrée de jeu, jeudi soir à Noville, lors du congrès extraordinaire de l'UDC Vaud. C'est en qualité de présidente de la section vaudoise qu'elle a choisi de s'adresser aux délégués, qui devaient décider de la maintenir ou non à la tête de la section cantonale et dans la course aux élections fédérales. Un message bien reçu: ils ont décidé qu'elle resterait candidate au National et aux Etats et qu'elle continuerait à présider à la destinée de l'aile vaudoise du parti.

Au final, la majorité l'a maintenue dans la course pour les fédérales, même si quelques voix dissonantes se sont fait entendre – «Quelle que soit votre décision, le mal est fait», a lancé le député Pierre-Yves Rapaz à l'assemblée, évoquant une «confiance rompue».

Le conseiller national André Bugnon s'est montré plus critique, en revanche, sur le maintien de Fabienne Despot à la tête de la section: «S'excuser, c'est s'accuser: elle aurait dû renoncer à cette présidence.» Au final, les délégués lui ont conservé leur confiance par 72 voix contre 66. «Ça fait quinze ans que je travaille sans compter pour l'UDC vaudoise. Ce soir, j'ai ma récompense», a-t-elle commenté.

Nouveau scandale

Jeudi, «24 heures» et «Le Temps» ont révélé que le colistier de Fabienne Despot pour les Etats, Michaël Buffat, est visé par une plainte pénale déposée le 31 juillet par son ex-compagne, une élue UDC valaisanne, pour harcèlement et menaces. Leur relation aurait tourné court l'an dernier, après qu'elle a refusé d'emménager chez lui. Pour Michaël Buffat, cette histoire n'a qu'un objectif: lui porter préjudice sur le plan politique. Il dit n'avoir eu aucun contact avec elle depuis janvier.

Ton opinion