Actualisé

EPF de LausanneFabrique ton propre ski pour 500 francs

Depuis deux ans, une association permet à des étudiants de fabriquer leur propre paire de skis. Aujourd'hui, elle cherche à se faire connaître... et de l'argent.

par
Didier Bender

«Le concept de base de notre association, c'est d'accueillir des étudiants de l'EPFL et de l'UNIL et de leur permettre de fabriquer leur propre paire de skis de A à Z», raconte Sacha Martin, étudiant en architecture à l'EPFL. En avril 2007, il a lancé avec Jérôme Parent, titulaire d'un master en microtechnique, Dahushaper, une association qui s'adresse aux fondus de glisse.

Au départ, les initiateurs du projet n'ont «aucune idée de comment on fait un ski». Quelques visites de fabriques de skis et de snowboards plus tard, les deux compères tentent l'aventure. «Nous avons développé deux modèles. Il s'agit exclusivement de skis freeride, pour la poudreuse», note l'étudiant. Design, cote, forme des skis: tout est personnalisé. La marque de fabrique de Dahushaper, c'est peut-être la forme du ski. Et un logo plutôt sympa.

En attendant de disposer d'un local directement sur le campus, Dahushaper s'est installé dans un vieil immeuble de Nyon. «Un mécène nous prête un local», raconte Sacha Martin. Le nerf de la guerre, il est là. Pour se lancer, les deux jeunes ont profité d'une bourse de 3'000 francs accordés par la ville de Lausanne pour l'originalité de leur projet. Depuis, c'est le désert. Difficile de séduire les investisseurs avec un projet qui n'a pas pour ambition de devenir «une marque et de prendre des parts de marché». Alors, c'est système D.

Fabrication encadrée

«Nous avons d'abord développé et testé des prototypes». Depuis, l'association met à disposition ses propres machines et son savoir-faire. Pour fabriquer sa propre paire de ski, il faut compter en moyenne 25 heures de travail. «C'est un travail artisanal», précise Sacha Martin. Quant au coût, il tourne aux alentours de 500 francs. «Nous faisons payer la matière première, plus une petite somme pour amortir les machines», note l'étudiant.

Deux ans après sa création, Dahushaper peine encore à se faire connaître. «Nous avons organisé des Dahu Night Fondue», souligne le fan de glisse. Et le 22 avril, une Movie Night Session se tiendra à Satellite, sur le site de l'EPF de Lausanne. «Il s'agit d'un concours de films de glisse amateur», note Sacha Martin. Une manière de promouvoir l'association. Et, but avoué de l'événement, dénicher de nouveaux sponsors.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!