«Worm»: Face-à-face expérimental
Actualisé

«Worm»Face-à-face expérimental

Il y a des défis cinématographiques qui laissent pantois. «Worm», d'Andrew Bowser, en est un.

par
Catherine Magnin

Recherché pour un double meurtre, Jason, alias Worm, prend ses jambes à son cou pour échapper aux flics, prouver son innocence et sauver sa fille des griffes de criminels... Plus banale que l'intrigue de «Worm», tu meurs. Plus audacieuse que sa forme, tu re-meurs!

Entièrement tourné en une seule prise de 90 minutes avec une caméra GoPro fixée face au héros, le film plante le spectateur nez à nez avec l'acteur principal. Le tour de force? Faire comprendre ce qui se passe avec les dialogues, le hors champ et ce qu'on voit derrière l'acteur, et meubler les temps de déplacement d'un endroit à l'autre. Le concept a ses limites, mais il scotche le spectateur. «Worm» a d'ailleurs remporté le Grand prix du dernier Lausanne Underground Film Festival.

«Worm»

De et avec Andrew Bowser.

Sortie le 6 novembre 2013

***

Ton opinion