Israël: Face à «l’échec» contre le virus, une responsable claque la porte
Actualisé

IsraëlFace à «l’échec» contre le virus, une responsable claque la porte

Alors que le nombre de cas a repris l’ascenseur et que des restrictions ont été rétablies, les autorités se tirent dans les pattes.

Le pays a enregistré en moyenne mille cas par jour depuis le 2 juillet.

Le pays a enregistré en moyenne mille cas par jour depuis le 2 juillet.

AFP

Forte augmentation des cas, retour de mesures de restriction: Israël connaît en ce moment une mauvaise passe dans la lutte contre la pandémie après une première phase où les transmissions avaient semblé ralentir. Mardi, la fermeture des bars et salles de sport a été rétablie, tout comme la limitation du nombre de personnes dans les lieux publics. En plus, les montants des amendes pour les personnes ne portant pas de masque en public ont augmenté.

Bisbille au sommet

Signe que les choses empirent, une responsable du ministère de la santé israélien a démissionné mardi en dénonçant «l'échec» des autorités à ralentir la propagation virus. Le problème réside également dans une forme de lutte de pouvoir. Siegal Sadetzki, directrice des services publics au ministère, a ainsi présenté sa démission au lendemain de l'annonce du ministre de la Santé, Yuli Edelstein, de son intention de nommer un responsable en charge spécifiquement de la lutte contre la pandémie, ce qui lui enlèverait des responsabilités.

«Après des succès, la nouvelle politique s'est avérée un échec», a-t-elle affirmé sur sa page Facebook. «Depuis quelques semaines, la boussole du traitement de la pandémie est devenue folle», a écrit Mme Sadetzki, qui est par ailleurs épidémiologiste.

Déconfinement trop rapide

«Malgré mes mises en garde répétées, nous constatons avec frustration que les possibilités pour faire face à la pandémie sont de plus en plus réduites», selon elle. «En considérant tous ces éléments, je suis arrivée à la conclusion que mes opinions professionnelles ne sont plus prises en compte et que je ne pouvais pas rester en poste et aider à lutter contre la propagation du virus.»

Selon Mme Sadetzki, «le déconfinement trop rapide» a réduit les effets positifs de la politique israélienne face à la première vague de contaminations. «Un changement radical dans le processus de prise de décision est nécessaire pour endiguer une seconde vague.»

En Israël, 31’271 cas de contamination ont été recensés dont 338 décès, selon les derniers chiffres officiels. Mais surtout, un millier de cas par jour ont été enregistrés depuis le 2 juillet.

(AFP)

Ton opinion