04.11.2020 à 06:24

SyrieFace au virus, l’impossible distanciation physique dans les camps surpeuplés

Les camps de déplacés surpeuplés et miséreux du nord-ouest de la Syrie font face à une explosion des cas de contamination.

En un mois seulement, le nombre de cas a été multiplié par six dans le nord-ouest syrien, selon l’ONU. Et les cas sont en hausse dans les camps. (Photo Ahmad al-ATRASH / AFP)

En un mois seulement, le nombre de cas a été multiplié par six dans le nord-ouest syrien, selon l’ONU. Et les cas sont en hausse dans les camps. (Photo Ahmad al-ATRASH / AFP)

AFP

Distanciation physique, masques, se laver les mains? Ces mesures pour se protéger du nouveau coronavirus relèvent de l’impossible dans les camps de déplacés surpeuplés et miséreux du nord-ouest de la Syrie où les cas ont explosé.

«Nous vivons dans des abris collés les uns aux autres», déplore Hassan Sweidane, dans un camp aux abords de la localité de Qah, dans la province d’Idleb, après avoir été déplacé depuis des années par les combats dans le pays en guerre.

Depuis l’apparition des cas de contamination dans l’ultime grand bastion djihadiste et rebelle d’Idleb, à la frontière turque, les humanitaires mettent en garde contre une catastrophe sanitaire dans les camps de déplacés, pointant du doigt un approvisionnement erratique en eau et le manque d’infrastructures médicales.

En un mois seulement, le nombre de cas a été multiplié par six dans le nord-ouest syrien, selon l’ONU. Et les cas sont en hausse dans les camps.

Prendre une douche ou se laver les mains est parfois un luxe dans ces camps informels. Et avec la pauvreté généralisée, difficile de se payer des masques ou des produits de désinfection.

Père de six enfants et âgé de 41 ans, Hassan Sweidane craint d’autant plus le virus qu’il souffre d’une cirrhose du foie.

«Un proche a été contaminé. J’ai très peur car je n’ai pas d’immunité», explique l’homme à la barbe broussailleuse, assis dans la chambrette en béton qui lui sert de logis.

«Nous laisser mourir»

«Dans les camps, nous ne pouvons pas nous placer en quarantaine», déplore encore Hassan Sweidane. Les hôpitaux proches «sont bondés, on a peur d’être (en contact) avec les médecins et les infirmières et d’être contaminés».

Dans les secteurs d’Idleb dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (ex-branche syrienne d’Al-Qaïda), mais aussi dans les zones voisines tenues par les forces turques et leurs supplétifs syriens dans le nord de la province d’Alep, la maladie Covid-19 a explosé.

La direction de la Santé, affiliée à l’opposition syrienne et supervisant la situation sanitaire dans ces deux régions, a officiellement recensé 5075 cas, dont 42 décès.

Quotidiennement le nombre des contaminations dépasse parfois désormais les 300, contre quelques dizaines auparavant. Plus de 860 cas ont été enregistrés au sein du corps médical et environ 330 dans les camps.

«Nous avons peur de la maladie, nous n’osons pas sortir», lance Ghatwa al-Mohamed, une octogénaire au visage strié de rides, assise à même le sol dans sa tente.

«Nous vivons les uns sur les autres», dit-elle en dénoyautant des olives. «On ne sait plus quoi faire. Si seulement Dieu pouvait nous laisser mourir et nous donner la paix.»

«Comment vivre»?

Le bond dans les cas est lié aussi selon l’ONU à l’augmentation des tests, deux laboratoires supplémentaires ayant ouvert dans le nord d’Alep, outre le principal installé à Idleb.

Mais avec la «surpopulation», il est difficile de s’isoler, reconnaît l’organisation internationale.

Dans les locaux de la Direction de la Santé à Idleb, le médecin Yehya Nehmé évoque les vagues successives de déplacements massifs qui accompagnaient chaque offensive du régime syrien de Bachar al-Assad et son allié russe.

Car à Idleb, les quelque trois millions d’habitants des zones insurgées s’entassent dans un territoire qui n’a fait que rétrécir au fil de ces offensives. Près de la moitié sont d’ailleurs des déplacés vivant dans des camps, selon l’ONU.

«Nous tenons les forces du régime et la Russie pour responsables de la situation tragique des déplacés», fustige Yehya Nehmé, qui admet que la distanciation sociale dans les camps surpeuplés «est presque impossible».

«Ils nous disent de ne pas sortir de chez nous, de ne pas se rassembler, mais nous vivons dans des tentes séparées d’un demi-mètre seulement les unes des autres», peste Mohamed al-Omar, un quadragénaire père de quatre enfants.

«Ils ont distribué un masque seulement aux personnes de plus de cinq ans mais ce n’est pas suffisant.»

Pour ce chauffeur de camion-citerne, qui sillonne les environs de son camp pour vendre de l’eau, il est impossible de se confiner. «Si je reste dans ma tente, comment je vais faire pour vivre et manger?»

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!