étude: Face aux pleurs de leur bébé, les pères sont plus nombreux à faire semblant de dormir

Publié

étudeFace aux pleurs de leur bébé, les pères sont plus nombreux à faire semblant de dormir

Une récente étude française révèle les inégalités existantes au sein des couples quand il s’agit de s’occuper de leur bébé la nuit.

78% des femmes déclarent se lever plus souvent que leur conjoint pour s'occuper de leur enfant.

78% des femmes déclarent se lever plus souvent que leur conjoint pour s'occuper de leur enfant.

unsplash.com

La répartition des tâches liées au sommeil des enfants est clairement inégale au sein des couples, selon une récente étude IFOP* menée pour Sleepyz.fr et relayée par l’«Est Républicain». Pour commencer, 78% des femmes déclarent se lever plus souvent que leur conjoint pour s'occuper de leur enfant de moins de trois ans (contre 41% des hommes indiquant le contraire). De ces femmes interrogées, 44% ont indiqué être les seules à se lever la nuit.

Autre fait marquant: des sondés, les hommes sont plus nombreux (55%) à déclarer avoir déjà fait semblant de dormir en entendant leur bébé pleurer (contre 44% des mères). De plus, lorsque leur enfant pleure la nuit, les femmes se lèvent nettement plus vite (4,5 minutes) que les pères (8 minutes).

Des inégalités encore…

L’étude révèle d’autres inégalités. Par exemple, 85% des femmes prétendent veiller au respect des horaires de coucher, afin d'assurer un bon rythme de sommeil à leur bébé, un reflexe que seuls 54% des hommes ont. Elles sont également plus nombreuses à s’assurer de la propreté de l'enfant avant de le mettre au lit (83% des femmes contre 54% des hommes), à se lever la nuit lorsque l'enfant pleure car il a fait un cauchemar, a peur ou est malade (83% des femmes contre 55% des hommes), et à s'occuper du coucher de l'enfant en lui lisant une histoire ou en lui faisant un câlin (83% des femmes contre 57% des hommes).

ifop.com

Inégalités dans les roulements

Interrogée par nos confrères français, Amandine Hancewicz, cofondatrice de l'association Parents & Féministes, estime que «le roulement, c'est la seule solution pour que les femmes arrivent moins vite à l'épuisement». Des parents sondés, 63% disent avoir instauré un roulement pour gérer les réveils nocturnes. Toutefois, seuls 25% des femmes estiment que ces derniers sont équilibrés (40% chez les hommes).

ifop.com

L’étude montre aussi que l’équilibre dans les roulements est d’avantage atteint au sein des jeunes couples (18-24 ans): 40% des mères et 48% des pères prétendent que c'est le cas.

Conséquences néfastes

Cette inégalité des tâches autour du sommeil des enfants impacte négativement le sommeil des mères: 44% des femmes déclarent moins bien dormir depuis la naissance de leur premier enfant, quand cette proportion est de 33% chez les pères.

Pour Amandine Hancewicz les femmes sont impactées «en terme d'énergie, de santé», mais aussi «en terme économique, car les femmes vont avoir moins de temps pour l'activité rémunératrice». Elle ne manque pas d’ajouter qu’«il peut y avoir un apriori du côté de la hiérarchie professionnelle selon laquelle les femmes sont contraintes de s'investir davantage auprès de l'enfant».  

ifop.com

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population de parents d’enfants de moins de 3 ans.

(kaa)

Ton opinion

44 commentaires