étude: Facebook fait plus bosser votre cerveau que Twitter
Actualisé

étudeFacebook fait plus bosser votre cerveau que Twitter

Selon une chercheuse anglaise, Facebook serait plus bénéfique pour nos neurones que Twitter
ou YouTube.

par
man

Mettre à jour son profil Facebook, cultiver les contacts avec ses amis en ligne et jouer à des jeux comme le Sudoku sur le site de réseautage auraient des effets positifs sur l'activité cérébrale, si on en croit les résultats de l'étude menée par la psychologue Tracy Alloway, chercheuse associée à l'Université de Stirling, en Ecosse. Toutes ces activités en ligne permettent en effet de stimuler de manière positive la mémoire de travail (working memory) et d'assurer la réussite sociale d'un individu. Ce dernier est stimulé dans son habileté à se rappeler d'une information et sa capacité à s'en servir après coup.

Envoyer des «tweets», les minimessages du service Twitter, ou regardez des vidéos sur YouTube produit l'effet contraire sur la mémoire de travail. Ce phénomène serait lié au caractère instantané de ce genre d'activités.

«Sur Twitter, vous recevez un flux ininterrompu d'informations, mais elles sont également très succinctes», a expliqué Tracy Alloway au Telegraph. «Vous n'avez pas à traiter ces informations. Votre capacité d'attention est donc réduite et vous ne faites pas travailler votre cerveau ni ne mettez à contribution les connexions nerveuses», a-t-elle ajouté.

SOS lancé sur Facebook

Deux filles âgées de 10 et 12 ans en perdition dans une canalisation d’eaux pluviales dimanche soir à Adelaïde (Aus), ont mis à jour leur statut Facebook plutôt que d’appeler les secours, rapporte le site ABC News. Heureusement un de leurs amis était en ligne à ce moment-là et a donné l’alerte. Les pompiers s’inquiètent de la généralisation de ce type de réflexe, qui rallonge le délai d’intervention et diminue leur capacité à sauver des vies.

Ton opinion