Actualisé 02.10.2009 à 13:23

Escroquerie informatique

Facebook ferme des comptes de fraudeurs

Victime d'une attaque informatique, le site de réseautage social a dû clore de faux profils créés par des cybercriminels.

de
man

«Récemment nous avons remarqué une augmentation des escroqueries où les informations de login sont collectées par le biais de sites d'hameçonnage, pour ensuite accéder aux comptes sans permission afin de demander de l'argent à leurs amis», a signalé un responsable de la sécurité de Facebook sur le blog officiel du réseau social.

Les cybercriminels se servent de l'arnaque connue sous le nom de «scam 419» en accédant à un compte Facebook et en se faisant passer pour son propriétaire légitime. Ce dernier, prétendant être dans un pays étranger et sans argent, envoie alors des messages aux amis en les sollicitant de lui envoyer de l'argent via Western Union.

«Alors que le nombre total de personnes ayant été touchées est limité, nous prenons toute menace de sécurité au sérieux et redoublons nos efforts pour combattre les tentatives de scam», fait encore savoir le site de réseautage.

Système Captcha contourné?

D'après la société d'antivirus AVG, qui a détecté via la solution LinkScanner l'apparition de plusieurs profils tous identiques mais avec des noms différents, les cybercriminels auraient en outre trouvé un moyen de créer des comptes Facebook de manière automatique en contournant le système de protection Captcha. Ce dernier affichant des lettres modifiées à recopier par l'internaute est conçu dans le but de certifier que le compte a bien été ouvert par un être humain.

Les faux profils comprenaient un lien destiné à rediriger la victime vers une soi-disant vidéo. Mais une fois cliqué sur le lien, une alerte s'affichait à l'écran et proposait la vente d'un faux antivirus. Comme dans les mêmes cas d'escroquerie de ce genre, le but consiste à récupérer les données bancaires de la victime et d'installer sur son ordinateur un logiciel espion.

Le fait que le système de protection utilisé par Facebook soit vulnérable n'est cependant pas partagé par les responsables du célèbre réseau social. Simon Axten, porte-parole de Facebook a en effet déclaré à Cnet.com qu'une enquête sur ce problème était ouverte et qu'il estime que le déchiffrement des Captchas a été effectué manuellement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!