Roland-Garros: Facile, Stan s'est permis quelques fantaisies
Actualisé

Roland-GarrosFacile, Stan s'est permis quelques fantaisies

Le Vaudois a donné l'impression qu'il faisait ce qu'il voulait face à Marin Cilic. Du coup, il s'est aussi amusé avec le public.

1 / 55
De gauche à droite, Stan Wawrinka et Magnus Norman. L'entraîneur du Vaudois a décidé de cesser sa collaboration avec le joueur. Il veut se consacrer davantage à sa famille.

De gauche à droite, Stan Wawrinka et Magnus Norman. L'entraîneur du Vaudois a décidé de cesser sa collaboration avec le joueur. Il veut se consacrer davantage à sa famille.

AFP
Stan Wawrinka va faire son come-back fin décembre à Abu Dhabi. Le Vaudois, absent du circuit depuis juillet, fait partie des six joueurs annoncés pour la traditionnelle exhibition du début de saison. (Mardi 24 octobre 2017)

Stan Wawrinka va faire son come-back fin décembre à Abu Dhabi. Le Vaudois, absent du circuit depuis juillet, fait partie des six joueurs annoncés pour la traditionnelle exhibition du début de saison. (Mardi 24 octobre 2017)

Keystone
Stan Wawrinka sur son lit d'hôpital, après son opération du genou. Il avait décidé de mettre un terme à sa saison après sa défaite au premier tour face au Russe Daniil Medvedev en raison d'un problème persistant au genou. (Mardi 15 août 2017)

Stan Wawrinka sur son lit d'hôpital, après son opération du genou. Il avait décidé de mettre un terme à sa saison après sa défaite au premier tour face au Russe Daniil Medvedev en raison d'un problème persistant au genou. (Mardi 15 août 2017)

kein Anbieter/Twitter

Ce n'est pas Marin Cilic qui privera Stan Wawrinka d'une troisième demi-finale à Roland-Garros. Le Vaudois a surclassé le Croate, évincé 6-3 6-3 6-1 en 1h40 de jeu seulement.

Stan Wawrinka (no 3) s'imaginait subir un sérieux test face à Marin Cilic (no 7), qui n'avait pas encore perdu le moindre set durant la quinzaine. Mais le choc attendu n'a jamais eu lieu. Toujours aussi solide en fond de court, le no 3 mondial a rapidement dégoûté son adversaire, ne lui laissant pas la moindre opportunité de prendre le jeu à son compte. Et comme le Croate a été abandonné par son service, il n'a jamais fait illusion au cours de cette partie à sens unique.

«Je me suis trouvé un nouveau coach»

Dans les rares moments où il a été bousculé, Stan Wawrinka a fait tout juste, à l'image des deux services gagnants qui lui ont permis d'écarter des balles de break au début des deux premières manches.

Le joueur de St-Barthélemy a certes lâché une fois sa mise en jeu, laissant Marin Cilic revenir à 3-3 dans le deuxième set. Mais dans la foulée, il a repris «blanc» le service du Croate, donnant l'impression qu'il faisait ce qu'il voulait sur le court. «C'était un match parfait», a reconnu le vainqueur de l'édition 2015. «J'étais bien physiquement, je bougeais bien, je jouais juste. J'ai été solide du fond du court et j'ai su lui rentrer dedans quand l'occasion se présentait», a-t-il analysé.

Autre preuve de la confiance qui l'habite actuellement, Stan Wawrinka a «obéi» à un spectateur qui lui a crié de tenter un service-volée au cours de deuxième set. Le Vaudois s'est bel et bien exécuté, remportant ce point avant de remercier ce supporter anonyme. «Je me suis trouvé un nouveau coach», a-t-il plaisanté en faisant référence à cet épisode.

Tout sourire après avoir claqué un ace sur la balle de match, bouclé en 1h40 de jeu seulement, Stan Wawrinka s'est donc qualifié pour sa troisième demi-finale consécutive à Roland-Garros, sa neuvième en tout en Grand Chelem. C'est, en revanche, la première fois qu'il y parvient sans concéder le moindre set.

Andy Murray vendredi

Fort de ce parcours immaculé et des neuf victoires de rang engrangées depuis le Geneva Open, Stan Wawrinka se présentera en position de force vendredi face à Andy Murray, vainqueur 2-6 6-1 7-6 (7/0) 6-1 de Kei Nishikori. Ce match constituera la revanche de l'année dernière, lorsque l'Ecossais l'avait emporté en demi-finale face au Vaudois (6-4 6-2 4-6 6-2).

Andy Murray, qui mène 10-7 dans les face-à-face, a été moins impérial que Stan Wawrinka jusqu'ici durant cette quinzaine. Reste que le no 1 mondial est monté en puissance au fil des tours, lui qui avait entamé ce Roland-Garros avec beaucoup de doutes, conséquence d'une préparation sur terre battue inquiétante (5 victoires seulement en 4 tournois).

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion