Genève: Facture en hausse pour la prison des Dardelles
Publié

GenèveFacture en hausse pour la prison des Dardelles

La construction du nouvel établissement carcéral genevois, à Puplinge (GE), devrait au final s'élever à près de 260 millions de francs.

par
leo
Les Dardelles devraient sortir de terre d'ici 2022. (Image de synthèse du projet).

Les Dardelles devraient sortir de terre d'ici 2022. (Image de synthèse du projet).

Keystone

Nécessaire, mais coûteux: le projet des Dardelles, à Puplinge (GE), qui est censé régler notamment les problèmes chroniques de surpopulation carcérale, est quasi sous toit. Le Conseil d'Etat vient de donner son feu vert. Le Grand Conseil devra ensuite se prononcer. En cas de oui, la prison devrait être mise en service courant 2022 et accueillir 450 détenus.

Le projet retenu coûtera 258,5 millions de francs, dont 189 à la charge du Canton, le reste étant subventionné par la Confédération. C'est 30 millions de plus que prévu fin 2016. Une hausse due à l'installation d'un secteur dédié uniquement aux femmes et d'un autre destiné aux détenus âgés. Ces demandes ont été formulées «à juste titre» par la Commission des visiteurs officiels du Grand Conseil, a expliqué lundi le conseiller d'Etat chargé de la Sécurité, Pierre Maudet. Selon lui, le montant total est «comparable à celui d'autres établissements», évoquant la future prison vaudoise de la plaine de l'Orbe, devisée à 290 millions pour 410 places.

Plusieurs partis se disent mitigés à l'instar du MCG: «Le prix est effarant, on aurait préféré une collaboration intercantonale avec les cantons romands», déclare Jean-Marie Voumard, député et membre de la Commission des visiteurs officiels. Le député PS Roger Deneys, également membre de la Commission, approuve, mais il ajoute que les coûts ne sont pas le seul problème: «Les Dardelles manqueront d'espaces pour des ateliers et notamment pour de la production agricole. Celle-ci permettrait par exemple de réduire les dépenses pour l'approvisionnement, comme cela se fait ailleurs en Suisse romande.»

Ateliers, classes et parloir familial

Le futur établissement pénitentiaire comprendra entre autres une trentaine d'ateliers et dix salles de classe en vue de la réinsertion des détenus, mais aussi un parloir familial, une unité médicale, ou encore des locaux de recueillement. Enfin, pour soulager les habitants de Puplinge des nuisances visuelles ou auditives, des arbustes de cinq mètres et des arbres de 20 mètres seront installés autour de la prison.

Ton opinion