Brésil: Faible soutien à la présidente Rousseff
Actualisé

BrésilFaible soutien à la présidente Rousseff

Un petit groupe de 200 manifestants soutenait encore dimanche la présidente sur le point d'être définitivement évincée .

1 / 131
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

Une manifestation de soutien à la présidente brésilienne suspendue, Dilma Rousseff, n'a regroupé que 200 personnes dimanche à Brasilia. La dirigeante, qui fait face à une procédure de destitution, doit se défendre personnellement lundi devant le Sénat.

«Tous, demain, avec beaucoup de courage pour soutenir Dilma!», clamait sur une scène l'un des porte-parole de la manifestation.

Le procès historique en destitution de Dilma Rousseff, notamment pour maquillage des comptes publics, a commencé jeudi au Sénat. Une nette tendance se dégage en faveur de la destitution, pour laquelle un vote final - attendu mardi ou mercredi - de deux tiers des sénateurs est requis.

Défense de 30 minutes

«Nous ne pouvons permettre que l'on bafoue les élections de 2014, quand Dilma a été choisie» pour un second mandat, a déclaré un employé de banque de 55 ans. Un campement avait été monté pour accueillir quelque 2500 manifestants, qui devraient arriver dans la nuit de dimanche à lundi pour soutenir la présidente lors de sa venue au Sénat.

«Tout ce processus a été d'une violence énorme contre la démocratie», estime Carolina Modesto, assistante sociale de 35 ans. «Je ne sais pas si à ce niveau on peut inverser les choses, mais je vais être là en soutien jusqu'au bout».

Dilma Rousseff doit s'exprimer environ 30 minutes, aux alentours de 14h00, lundi devant le Sénat. Pour affronter les 81 sénateurs, elle sera notamment accompagnée de son mentor politique, l'ex-président Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010) et d'une douzaine d'anciens ministres.

Longue procédure

Depuis des mois, celle qui avait été la première femme élue à la tête du Brésil en 2010, clame son innocence. Elle crie au «coup d'Etat» institutionnel ourdi par le principal bénéficiaire de la manoeuvre: son ancien vice-président devenu rival, Michel Temer (PMDB, centre droit), 75 ans.

Il assure l'intérim depuis sa suspension le 12 mai et gardera les manettes jusqu'aux élections présidentielle et législatives fin 2018 si elle est destituée. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion