Actualisé 22.04.2019 à 11:38

GenèveFaibles batteries d'iPhone: le Tribunal fédéral saisi

La justice genevoise a balayé la plainte de l'association Non à l'obsolescence programmée Suisse. Celle-ci s'en remet aux juges de Mon-Repos.

von
jef
Thomas Putallaz, en mars 2018, devant la boutique Apple de Genève.

Thomas Putallaz, en mars 2018, devant la boutique Apple de Genève.

20 Minutes / jef

En mars 2018, écœurés par l'affaire des batteries d'iPhone sciemment affaiblies par Apple, l'association NoOPS (Non à l'obsolescence programmée Suisse) et son président Thomas Putallaz déposaient plainte pour concurrence déloyale auprès de la justice genevoise. Sans aucun succès: le Ministère public refusait d'entrer en matière, puis la Chambre pénale de recours confirmait cette décision. NoOP a cependant décidé de ne pas abdiquer. Elle a annoncé qu'elle allait saisir le Tribunal fédéral. «Raccourcir délibérément la durée de vie des appareils pour faire davantage de profit est inacceptable, tant pour les consommateurs que pour l'environnement», juge Thomas Putallaz. Son combat est compliqué par le fait qu'en Suisse, contrairement à d'autres pays, l'obsolescence programmée ne constitue pas un délit.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!