Faillite du Servette FC: caution de Roger confisquée
Actualisé

Faillite du Servette FC: caution de Roger confisquée

La justice genevoise a confisqué la caution de 300 000 francs qui avait été versée par l'ancien président du Servette FC Marc Roger en échange de sa libération provisoire.

Le Français paie le prix de ses absences aux audiences d'instruction.

Une ordonnance de contrainte a été délivrée, a indiqué mardi le procureur Dario Zanni, confirmant une information révélée par la «Tribune de Genève». Cette décision peut être contestée devant la Chambre d'accusation dans les dix jours, a précisé le magistrat.

Réfugié dans son pays

Dans le cadre de son enquête sur la faillite du Servette FC, le juge d'instruction genevois Marc Tappolet a inculpé Marc Roger de gestion déloyale, banqueroute frauduleuse, faux dans les titres et abus de confiance. Le Français avait été arrêté en mars 2005.

Placé en détention préventive, l'ancien patron du club genevois avait été libéré sous caution cinq mois plus tard. Il avait dû préalablement déposer une garantie de 300 000 francs. Une fois sorti de prison, Marc Roger est allé se réfugier en France.

Il se dit malade

Depuis sa libération, la justice genevoise n'a plus eu de ses nouvelles. L'ancien président du club grenat, pourtant dûment convoqué par le juge Tappolet, n'a jamais assisté à une seule audience d'instruction. Il a toujours prétendu être malade.

La loi veut qu'en cas d'absences répétées du mis en liberté, la caution soit confisquée, a expliqué M. Zanni. Si aucun recours n'est déposé à la Chambre d'accusation, la justice se chargera de répartir les 300 000 francs entre les lésés de la faillite. (ats)

Ton opinion