Faillite du Servette FC: Marc Roger bientôt de retour en Suisse
Actualisé

Faillite du Servette FC: Marc Roger bientôt de retour en Suisse

Le gouvernement espagnol a donné son aval à l'extradition de Marc Roger.

L'ex-patron du Servette FC, recherché pour son rôle dans la faillite du club genevois, devrait se retrouver très bientôt en Suisse pour y être jugé.

La décision des autorités espagnoles est définitive et sans possibilité de recours, a fait savoir vendredi le porte-parole de l'Office fédéral de la justice (OFJ), Folco Galli, confirmant une information de la «Tribune de Genève». Reste maintenant à fixer une date pour l'extradition.

En ambulance jusqu'à Genève ?

Des discussions sont en cours pour organiser le transfert. Marc Roger, pour des raisons médicales, n'est pas autorisé à prendre l'avion. Le trajet pourrait se faire en ambulance ou par bateau via l'Italie. «Nous avons effectué par le passé des extraditions en ambulance qui se sont déroulées sans problème», a relevé M. Galli.

Une fois la date du transfert fixée, la Suisse disposera de trente jours pour aller chercher l'ancien président du Servette FC. Au-delà de ce délai, le Français pourra obtenir sa libération.

Il fait faux bond

Marc Roger est soupçonné par la justice genevoise d'avoir eu une responsabilité dans la déconfiture du Servette. Arrêté au printemps 2005 à Genève, il avait été inculpé de gestion déloyale et de faux dans les titres. En juin 2005, le Français avait été libéré sous caution. Il ne s'est jamais présenté aux audiences d'instruction.

Après sa libération sous caution, l'ex-président du Servette FC s'était réfugié en France. Paris n'extradant pas ses ressortissants, la justice genevoise s'était retrouvée impuissante. Marc Roger a cependant commis l'erreur de sortir de son pays. Il a été interpellé en février dans un hôtel de Séville, en Espagne.

SDA/ATS

Ton opinion