Actualisé 22.10.2010 à 16:49

EtudeFaire chambre à part pour éviter les «nuisances»

Selon une étude portant sur 4000 couples, un quart d'entre eux dort dans des lits séparés en raison d'une habitude ou un comportement «répulsif». Mais tout le monde n'est pas prêt à franchir le pas si facilement.

von
cam

La principale des perturbations signalée est - sans surprise - le ronflement de son conjoint. Trois quart des personnes qui font désormais chambre à part s'en plaignent. L'étude, réalisée par une chaîne d'hôtels à bas prix, révèle par ailleurs que ceux qui décident de rester auprès de leur moitié malgré les ronflements perdent plus d'une heure de sommeil par nuit.

Sur cette liste de nuisances nocturnes, figure également en bonne place l'appropriation de la couette par un seul des partenaires (six couples sur dix seraient concernés). Autre comportement nocturne pénible: l'agitation, qui affecte plus de la moitié des sondés.

Des conséquences sur la vie sexuelle

Ne sont pas en reste: les marmonnements, les gémissements et le fait que le partenaire parle dans son sommeil, qui dérangent près d'une personne interrogée sur deux. Ces habitudes ou comportements nocturnes ont une conséquence directe sur la bonne entente: un couple sur deux se dispute par manque de sommeil.

La vie sexuelle est même affectée dans un quart des cas, et une personne sur 20 envisage une séparation car elle ne supporte plus les ronflements de sa bruyante moitié.

Sur le site 7sur7.be, la psychologue et spécialiste des relations Donna Dawson explique que «le ronflement est le meilleur moyen de tuer le romantisme et la passion dans une relation. Les ressentiments qui en découlent affectent la libido et même la capacité de communiquer des couples».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!