Journée de la bonne action - «Faire de bonnes actions ne doit pas être un effort»
Publié

Journée de la bonne action«Faire de bonnes actions ne doit pas être un effort»

Anita fabrique des pieuvre en crochet pour des enfants de familles précarisées. «Le fait de devoir rester à la maison m'a donné du temps. Donc quoi de mieux que de mettre à profit tout ce temps pour faire du crochet pour la joie des petits?»

par
Jenny Covelli
1 / 7

«Faire le bien, vous fait vous sentir bien». C'est l'une des devises d'Anita. Et les créatures que l’ont voit sur la photo avec elle sont ses petites pieuvres. «Je ne savais pas qu'il existait une Journée de la bonne action, mais je l'approuve totalement. Pour moi, une bonne action s'entend comme un geste de gentillesse, de bonté et d'altruisme. En un mot: faire du bien à quelqu'un. Et faire une bonne action pour quelqu'un que vous n'avez jamais rencontré auparavant ou que vous ne connaissez pas rend cette action encore plus forte».

La rencontre avec l'association DaRe

En janvier de l'année dernière, Anita a eu connaissance de l’association DaRe - Diritto a restare (Droit de rester) située dans la région de Ravecchia (TI). Il s'agit d'une organisation qui aide les familles dans le besoin. En visitant ses locaux, elle est tombée sur le secteur dédié aux enfants. Entre les peluches et les vêtements pour bébés, la responsable lui a parlé des poulpes en crochet qui peuvent être placés dans les berceaux des bébés. Anita a accepté de les faire avec enthousiasme.

Les petites pieuvres d'Anita

Une activité qui lui a apporté beaucoup de joie durant cette année difficile: «Le fait d’être contrainte de rester à la maison m'a donné du temps, beaucoup de temps, et quoi de mieux (outre la lecture, que j'aime tant) que de crocheter des petites pieuvres pour la joie des enfants?» Jusqu'à présent, Anita a envoyé à l'association une centaine de petites pieuvres (chacune prend environ six heures à fabriquer). Certaines d’entre elles sont destinées à des bébés prématurés. Dans la couveuse, leurs tentacules – qui rappellent le cordon ombilical – semblent faire du bien aux nouveaux-nés. En plus de les calmer et de leur permettre de mieux respirer, la compagnie des petites pieuvres dissuade les bébés d'attraper et de tirer les cordons auxquels ils sont attachés

Satisfaction, joie, euphorie

Chaque bébé pieuvre est unique et différent par sa couleur et ses détails. «Quand j'en termine une, je l'admire avec une immense satisfaction, ajoute Anita, d'abord parce qu'un simple fil a donné naissance à un objet qui va égayer la vie d'un enfant, et aussi pour avoir fait quelque chose de beau et de gratifiant.» Au moment de remettre ses petites créations, elle se sent euphorique. «J'ai reçu quelques photos des enfants avec leurs poupées et j'ai eu un grand sourire sur le visage».

«Donner, c'est comme rire ou respirer»

«Faire des actes de bienveillance et de générosité, ne doit pas être un effort car c’est une action qui vient du cœur, conclut-elle. Et comme chacun de nous en est capable, je pense qu'il est facile de faire de bonnes actions comme il est facile de rire ou de respirer au quotidien.»

«LA JOURNÉE DE LA BONNE ACTION» EST UNE INITIATIVE DE COOP SUISSE

«LA JOURNÉE DE LA BONNE ACTION» EST UNE INITIATIVE DE COOP SUISSE

Faire le bien et inspirer les autres!

C’est sous ce slogan que nous allons agir pour la bonne cause à l’occasion du 29 mai, «Journée de la bonne action». Engage-toi seul, avec ta famille, ton équipe de sport ou ton organisation de bienfaisance et partage ton expérience sur Instagram, TikTok, Facebook ou Twitter par le biais du hashtag #JourneeDeLaBonneAction! Retrouve tous les contenus publiés tout comme des informations supplémentaires sur la «Journée de la bonne action» en cliquant sur ce lien.

Ton opinion